Opinion

Le «capital data» est une menace, mais aussi une chance

OPINION. Les données offrent d’innombrables opportunités, mais elles laissent aussi à la traîne des individus, des groupes et des régions entières encore réfractaires à cette mutation brutale, affirme Georges Kotrotsios, responsable du marketing auprès du CSEM

Les sciences et la technologie ont toujours eu un effet direct dans l’évolution des sociétés humaines. Un nouvel acteur prépondérant a rejoint ces deux forces de transformation: les données, les «data»! Elles sont le produit des nouveaux outils technologiques et constituent désormais une «famille», celle des «technologies numériques».

A la sortie du siècle dernier, l’informatique, l’électronique et les robots avaient progressivement remplacé l’humain comme vecteur de productivité dans la quasi-totalité des secteurs de l’économie. L’innovation technologique stimulait et soutenait encore de façon déterminante les processus de création des valeurs existantes. Depuis la fin du XXe siècle, ce cadre a cependant été foncièrement bouleversé par la création d’une quantité croissante de données («data») surclassant les capacités analytiques de l’homme.