Il y a bien sûr d’abord l’odeur, caractéristique des matins de rentrée des classes. Puis le toucher: toujours la même couche lisse de vernis rouge. Enfin, pour certains, un goût, lorsque l’on finissait invariablement par ronger une partie du crayon. Visiter le site industriel de Caran d’Ache, dans la banlieue genevoise de Thônex, revient à s’offrir une promenade dans ses souvenirs d’enfance.

Lire aussi: Caran d’Ache noue un accord avec les autorités pour rester à Genève