«Les cars privés se limiteraient à des offres ponctuelles»

Christian Laesser, directeur de l’Institut pour le management systémique et la gouvernance publique de l’Université de Saint-Gall (IMP-HSG), relativise l’impact des cars allemands en Suisse.

Le Temps: Le marché du transport par car de longue distance est libéralisé en Allemagne depuis 2013 et la France s’y prépare. Cette tendance va-t-elle s’accentuer en Europe?

Christian Laesser : Chaque pays met en place cette libéralisation du marché différemment. L’Allemagne a déjà beaucoup ouvert son marché sur les trajets de longue distance, la France est plus réservée dans ce domaine. Il faut préciser que l’on parle ici de la libéralisation du transport de longue distance, à l’intérieur des pays. Celle qui concerne les liaisons internationales a déjà été réalisée il y a longtemps.

– Faut-il s’attendre à une libéralisation à l’intérieur de la Suisse?

– En Suisse, les conditions de départ sont très différentes de celles de l’Allemagne. Le secteur des transports publics est hautement subventionné et très dense. Des bus à longue distance n’auraient pas le même sens en Suisse, compte tenu de la petite taille du pays. Même en supposant que le transport de longue distance soit entièrement libéralisé en Suisse, je ne suis pas sûr que l’on assiste à l’essor d’un réseau de bus de compagnies privées comparable à l’Allemagne. Tout au plus, des entreprises proposeraient des offres ponctuelles, une sorte de «cherry picking» des trajets les plus intéressants à certaines heures. Toutefois, aux heures de pointe, ces bus circuleraient dans un trafic intense, avec le risque d’être ralentis par des embouteillages. Il serait difficile de respecter des horaires précis, ce qui limiterait l’attrait de telles offres.

– Ce ne serait donc pas une réelle menace pour les CFF?

– Je ne le pense pas. Il faut aussi prendre en considération que sur presque l’ensemble de la Suisse les CFF proposent une cadence horaire à la demi-heure. Proposer une offre aussi efficace avec des bus serait extrêmement cher.