Données

Les cartes de crédit, une mine d’or pour les annonceurs

Visa, MasterCard ou encore American Express revendent leurs données à des tiers pour mieux cibler leurs clients

C’est un marché de plusieurs dizaines de milliards de dollars, quasi inconnu en Europe et florissant aux Etats-Unis: la revente de données liées aux cartes de crédit. Visa, MasterCard ou encore American Express cèdent leurs informations à des tiers, qui les compilent à destination des annonceurs. Cette activité, qui n’existe pas en Suisse et semble se concentrer aux Etats-Unis, permet en plus de créer un lien entre la publicité sur internet et les achats réalisés dans des magasins.

Des critères pour classer les consommateurs 

Prenons l’exemple de Visa. L’émetteur de cartes de crédit propose plusieurs programmes, destinés aux annonceurs, pour mieux cibler leurs campagnes. Visa se vante d’assurer, chaque année aux Etats-Unis, 59 milliards de transactions, via l’utilisation par ses clients de plus de 800 millions de cartes – chaque Américain possède en moyenne plus de trois cartes de crédit. Visa affirme qu’il est capable, en analysant les dépenses de ses clients, de créer plus de 200 groupes de consommateurs, selon leurs affinités, goûts et moyens financiers, par exemple. La société peut dire aux annonceurs à quelle heure ses clients sont le plus enclins à effectuer des achats.

Lire aussi: Marketing numérique: qui achète nos données?

Visa travaille en parallèle avec Oracle, spécialiste des bases de données, pour aider les responsables marketing à cibler et mesurer leur audience sur plus de 200 plateformes médias, dont Facebook, Twitter et Google. L’émetteur de cartes de crédit affirme que les données de ses clients sont anonymisées et qu’il est impossible, pour les annonceurs, de savoir qui ils sont. Les entreprises qui achètent ces données à Visa, via des «brokers», ne reçoivent pas les noms des clients mais des groupes cibles sans données personnelles, selon Visa.

Google se lance

Dans un registre similaire, Google est capable de faire un lien entre des publicités vues sur internet et des achats effectués dans des magasins physiques. Il y a près d’un an, le moteur de recherche lançait un nouveau service, Google Attribution, permettant de mesurer l’impact de publicités numériques sur des achats physiques. Via des «brokers», Google affirme détenir les données de 70% des cartes de crédit aux Etats-Unis. Avec Attribution, Google peut certifier à un annonceur que c’est la même personne ayant cliqué sur une annonce qui a ensuite réalisé un achat dans un magasin – des tests avaient été menés avec les chaînes Home Depot, Express, Nissan et Sephora.

Lire également: Aux Etats-Unis, les données personnelles sont une marchandise comme les autres

Publicité