La marque prestigieuse a été fondée en 1945 en Allemagne. Pour nombre de mélomanes, Sennheiser représente toujours un haut de gamme incontestable. Mais la marque, qui possède des usines en Allemagne, en Roumanie, aux Etats-Unis et en Irlande, a souffert de la concurrence sur le marché grand public, toujours plus convoité par des acteurs dont le nombre augmente. Conséquence, en février, la famille contrôlant encore Sennheiser a annoncé vouloir vendre sa division «consumer» pour ne garder que la partie professionnelle.

C’est fait, et les casques seront désormais suisses. Basé dans le canton de Zurich, le groupe Sonova (ex-Phonak) a annoncé vendredi avoir signé un accord pour racheter cette division au prix de 200 millions d’euros (219 millions de francs) en liquide. Le spécialiste des appareils auditifs veut élargir son portefeuille de produits, notamment dans les casques sans fil qui connaissent une croissance rapide.

Lire aussi: Concurrencer les AirPods d’Apple, le pari de Huawei et de Sennheiser

Un tiers des ventes en Asie-Pacifique

L’unité Consumer, qui emploie 600 personnes, génère des recettes de 250 millions d’euros (274 millions de francs) par an, selon un communiqué paru vendredi. Les produits sont vendus dans «un large réseau de distribution en ligne et en boutiques» jugé complémentaire de celui de Sonova. Il est «bien établi», bénéficiant de la «force de la marque» Sennheiser.

Cette division fabrique essentiellement des casques audio haut de gamme (53%), des écouteurs sans fil (26%) et d’autres produits, comme des casques pour la télévision (21%). Un tiers des ventes est effectué en Asie-Pacifique, 20% aux Etats-Unis et le reste en Europe.

En 2018: L’entrepreneur Andy Rihs est décédé

Une croissance «plutôt plate»

Le directeur général de Sonova, Arnd Kaldowski, s’attend à ce que cette activité devienne le quatrième pilier du groupe de Stäfa, qui compte gagner de nouveaux clients. L’unité de l’entreprise allemande a enregistré «une croissance plutôt plate ces dernières années», a ajouté le patron dans une conférence téléphonique.

Arnd Kaldowski ambitionne d’accroître la rentabilité et de la faire grandir organiquement. Le CEO a aussi insisté sur le potentiel de «synergies dans la recherche et développement, la production et la distribution».

La transaction comprend un accord de licence pour la marque Sennheiser et devrait avoir un effet positif sur le bénéfice par action. Sous réserve de l’approbation des autorités de régulation, l’acquisition devrait être conclue au cours du second semestre 2021.