La crédibilité de l’Espagne sur les marchés a subi un nouveau coup mardi alors que la Catalogne, l’une de ses régions les plus riches, a admis d’importantes difficultés financières et pourrait avoir besoin d’une intervention du gouvernement.

La région du nord-est du pays, qui contribue à la formation d’un quart du PIB espagnol, a l’intention de solliciter elle aussi une aide de Madrid, après une demande similaire formulée vendredi par Valence, a indiqué le responsable de l’économie du gouvernement catalan.

Interrogé par la BBC sur cette éventualité, Andreu Mas-Colell a répondu: «Oui. La situation actuelle est que la Catalogne ne dispose pas d’autre banque que le gouvernement espagnol.»

Le gouvernement catalan a ensuite nuancé ses propos, assurant n’avoir «pas décidé» encore s’il allait demander cette aide, mais a admis que c’est «une option qui sera étudiée».

Une annonce qui survient alors que l’Espagne elle-même subit l’épreuve du feu sur les marchés, avec comme enjeu d’«éviter un effondrement financier imminent», souligne le journal El Economista. La plupart des analystes fixent octobre comme date limite avant un défaut de paiement du pays.

Forte hausse des taux

Le Trésor a d’ailleurs vu les taux d’intérêt grimper mardi pour emprunter 3,05 milliards d’euros à court terme, tandis que le pays reste bousculé par les investisseurs.

Pas d’accalmie non plus sur le front du marché obligataire, où le taux d’emprunt à 10 ans de l’Espagne a atteint vers 10h00 GMT un nouveau plus haut depuis la création de la zone euro, à 7,552%, effaçant son record de la veille.