Sous le poids des charges liées à Harvey, Irma et Maria, qui ont balayé entre août et septembre les Etats-Unis et les îles Caraïbes, ainsi que les deux tremblements de terre qui ont secoué le Mexique, Swiss Re a affiché une perte de 468 millions de dollars sur les trois premiers trimestres de l’année.

Lire également: Quand l’investisseur assume le risque des assureurs

Les charges consécutives à ces catastrophes naturelles devraient se monter à 3,6 milliards de dollars, rappelle jeudi Swiss Re. Après neuf mois en 2016, le réassureur zurichois avait dégagé un bénéfice net de 3 milliards.

Pression sur les prix

Côté revenus, Swiss Re a encaissé entre janvier et fin septembre des primes brutes de 26,7 milliards de dollars, soit 5,1% de moins qu’un an auparavant. La diminution reflète une sélection plus stricte des risques. Dans un contexte de pression continue sur les prix, le groupe a entrepris d’écarter les affaires les moins rentables.

Toutefois, un virement de tendance est attendu l’an prochain, a relevé lors d’une conférence téléphonique le chef des finances de Swiss Re, David Cole. Les prix devraient augmenter non seulement dans les affaires de réassurance mais aussi pour celles d’assurance.

Performance supérieure aux attentes

La performance du numéro deux mondial de la réassurance s’est révélée légèrement supérieure aux attentes des analystes. Consultés par l’agence financière awp, ces derniers avaient anticipé un volume de primes brutes de 26,54 milliards de dollars et une perte nette de 558 millions.

Rassurés dans un premier temps par la solidité du résultat, les investisseurs ont cependant changé d’avis en cours de séance à la bourse suisse. Après avoir ouvert en hausse, le titre Swiss Re lâchait 0,11% à 93,80 francs vers 11h00, alors que l’indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) demeurait quasiment stable (+ 0,04%).

De janvier à fin septembre, les coûts des catastrophes naturelles sont estimés à 4 milliards de dollars, précise Swiss Re. Outre les charges consécutives aux récents sinistres, ce montant comprend les dommages qu’ont entraîné l’ouragan Debbie en Australie et les inondations au Pérou durant le premier semestre.

Lire aussi: Une région du Mexique assure sa barrière de corail chez Swiss Re

L’essentiel de ces charges, soit 3 milliards de dollars, concerne la division Property and Casualty (P&C), laquelle subit une perte de 652 millions, après un bénéfice de 1,55 milliard un an auparavant. Affichant un débours de 762 millions après un gain de 150 millions en septembre 2016, l’unité des affaires avec les grandes entreprises, Corporate Solutions, en supportera le reste.

Fonds propres renforcés

Sans surprise, les dédommagements anticipés ont pesé sur le ratio-combiné, soit le très scruté rapport entre les coûts ainsi que les charges de sinistres d’une part et les primes de l’autre. Du côté de P&C, il s’est détérioré de 93,8% à 114,1% et a plongé de 99,3% à 142,6% pour Corporate Solutions.

Swiss Re indique avoir renforcé les fonds propres de cette dernière unité à hauteur d’un milliard de dollars. Cette dotation en capitaux souligne l’engagement du réassureur envers ses affaires d’assurance avec la clientèle commerciale et sa stratégie.

La division Vie et Santé (Life and Health L&H) a enregistré une évolution nettement plus favorable. Tirant profit des bons résultats de souscription et de placements, elle a vu son bénéfice bondir de 17% à 741 millions de dollars.

Dans la gestion de portefeuilles fermés, Life Capital a en revanche vu son bénéfice se contracter de 726 à 152 millions de dollars. Le tassement s’explique par le fait que cette unité avait bénéficié l’an dernier de gains exceptionnels au niveau de son portefeuille d’investissement.

Début du programme de rachat d’actions vendredi

Pour mémoire, Swiss Re a annoncé le mois dernier l’entrée au capital de ReAssure de l’assureur japonais MS&AD jusqu’à hauteur de 15% pour environ un milliard de francs. L’opération doit offrir à l’ex-AdminRe une marge de manœuvre accrue en vue d’acquisitions.

Lire aussi: Swiss Re se met aux placements éthiques

Malgré le gros impact des catastrophes naturelles, les fonds propres demeurent «solides», assure Swiss Re. De 37,4 milliards de dollars à la fin de septembre 2016, ils se sont réduits à 32,8 milliards à l’issue du troisième trimestre.

Passant de la parole aux actes, le réassureur de la ville des bords de la Limmat a concrétisé son intention de lancer un programme de rachat de ses propres actions à concurrence d’un montant d’un milliard de francs. L’opération, qui avait reçu le feu vert des actionnaires en avril dernier, débutera vendredi.