En cette période de campagne sur l’initiative de résiliation qui vise à abolir la protection des salaires en Suisse, les syndicats sont la cible d’attaques provenant de différents milieux. Ceux-ci ont en commun leur propension à émettre des contre-vérités, à crier au complot et à répandre des fausses rumeurs.

Après l’UDC, ce fut récemment le tour de syndicalistes dans cette même rubrique de s’en prendre au financement des contrôles des salaires et des conditions de travail en Suisse par le biais des contributions professionnelles. Selon eux, ces dernières seraient «les pompes à fric» des syndicats et du patronat qui leur permettraient de se financer indûment et de mener la grande vie aux frais des travailleurs.