Licenciements

Des centaines de postes seraient menacés chez GAM

Fragilisé par l’affaire Tim Haywood, le gestionnaire d’actifs basé à Zurich pourrait licencier entre 250 et 350 employés, selon l’agence Bloomberg. En un an la société a vu le cours de son action s’effondrer de 70%

Dans la tourmente depuis dix-huit mois, la société de gestion zurichoise GAM pourrait procéder à des réductions d’effectifs. L’agence Bloomberg, citant une source interne anonyme, a estimé lundi qu’elle pourrait licencier entre 250 et 350 personnes. Ce plan, s’il est confirmé, concernerait donc entre 30 et 40% de l’effectif du gestionnaire qui emploie 860 personnes. Contacté, un porte-parole de l’entreprise a refusé de commenter la nouvelle.

Cette annonce constituerait une nouvelle étape dans la lente chute du groupe depuis juillet 2018. La société avait alors suspendu un de ses gestionnaires, Tim Haywood, après avoir été aiguillée par un lanceur d’alerte sur des irrégularités dans la gestion des risques. Ce dernier, licencié en février 2019 à la suite d’une enquête interne, était chargé de la stratégie «absolute return bond fund», ou ARBF, une des plus importantes du groupe. Ce fonds qui comptait 11 milliards de francs sous gestion devait garantir des rendements quel que soit l’état des marchés financiers.