C’est un choc. Le 18 juillet 2018, à 13h30, la Commission européenne inflige une amende record à Google: 4,34 milliards d’euros, soit 5 milliards de francs, pour avoir abusé de sa position dominante concernant Android, son système d’exploitation pour smartphone. Jamais l’Union européenne (UE) n’avait frappé si fort Google. Trente-huit mois plus tard, le contraste est saisissant. C’est dans une indifférence quasi totale que vient de s’achever, ce vendredi, le procès en appel devant le Tribunal de l’Union européenne à Luxembourg. Or du nouveau verdict pourrait dépendre ce qui se passe dans notre téléphone.