Le VZSMF est un produit de référence à la bourse Scoach. Au sein de tous les certificats bonus sur le SMI, c’est lui qui présente le bonus le plus élevé. En raison de sa longue échéance, il n’a pourtant pas vraiment décollé, d’autant que l’été dernier la barrière a presque été franchie. Elle ne l’a pas été, mais la peur reste dans les mémoires. Ce n’est pas possible d’expliquer autrement la faiblesse de la hausse. Malgré une hausse de l’indice SMI durant plusieurs mois , le VZSMF est resté très en retrait de l’indice des grandes valeurs. La différence s’est réduite, mais un écart demeure.

Si la barrière tient jusqu’à l’échéance au 9 juin 2015, le produit dispose d’un solide potentiel , même si le SMI ne devait pas dépasser la barre de 8455,80 francs. Actuellement le rendement du bonus est de 14%. C’est le produit que l’investisseur peut obtenir si le SMI oscille jusqu’à l’échéance entre le niveau de barrière et celui du bonus. La décote actuelle par rapport au SMI témoigne d’un scepticisme persistant des investisseurs, même s’il paraît injustifié.

Pendant que certains marchés d’actions sont parvenus à battre de nouveaux records, le marché suisse évolue très loin de ses plus hauts. En raison de la longue période qui nous sépare de l’échéance en juin 2015, l’espoir est permis. Les analystes ont un objectif de cours de 6700 francs ces 12 prochains mois. C’est un pas dans la bonne direction. Pour l’investisseur optimiste, et intéressé uniquement par les plus-values, l’achat du certificat VZSMF offre sur le marché secondaire une rare opportunité. Si le marché démarre, l’acheteur du certificat en profiterait pleinement. Dans le cas inverse, l’investisseur est protégé par la barrière. Dans le pire des cas, il perd autant que le sous-jacent. Au sein des certificats bonus sur le SMI, le VZSMF offre le rendement le plus élevé. Comme les prochains mois, la hausse devrait démarrer, les conditions ne devraient pas rester très longtemps aussi favorables. Des achats sur le marché secondaire paraissent raisonnables.

*Coopération payoff et Le Temps