Les technologies propres se rassemblent dorénavant sous le nom de cleantech. En juin, la ZKB a émis un produit consacré à ce thème. Selon la «Termsheet» (présentation des conditions d’émission), le terme de cleantech regroupe les technologies propres développées par des «entreprises qui prennent compte des aspects économiques, sociaux et environnementaux». Nous ne manquerons pas de signaler la présence du logo du WWF sur les «Termsheets» parce que, pour la sélection des titres individuels, l’émetteur emploie les critères employés par l’organisation pour juger de l’aspect environnemental. Le sous-jacent du produit consiste en un panier de 13 actions suisses avec, initialement, une pondération identique. La concentration sur les entreprises suisses différencie ce produits tels que le BKB Clean Technology tracker (BKBCT), qui offre une approche globale.

La cleantech est un concept assez élastique, ce qui se traduit par une grande diversité d’activités de la part des sociétés représentées dans le panier. A côté de Meyer Burger, sans doute la société suisse la plus représentée dans les produits durables, figurent également Sika et Komax, en qualité de sous-traitants de l’industrie solaire, Gurit, qui produit des plastiques destinés à l’énergie éolienne, Geberit et Georg Fischer, deux sociétés souvent présentes dans les produits liés au thème de l’eau, Vetropack, en tant que représentant de l’industrie de l’emballage, et ABB, le seul membre de l’indice SMI. Le produit a été émis avec une prime de 1,5% par rapport à la valeur des sous-jacents. Il en résulte une commission de gestion de 0,5% par an sur trois ans. En plus, l’émetteur prend une commission de 10% des dividendes nets alors que les autres 90% sont réinvestis.

Même si les technologies propres constituent le seul choix possible pour une amélioration de l’environnement, l’investisseur ne doit pas se nourrir de faux espoirs. Au cours des trois ans de son existence, le certificat BKBCT enregistre une performance inférieure de plus de 30% à l’indice des actions MSCI monde. Le panier de titres sélectionnés par la ZKB a offert un meilleur rendement. Essentiellement grâce à Belimo, sa performance dépasse de 10% celle de l’indice SPI.

*Coopération payoff et Le Temps