«C’est devenu très difficile de recruter des ingénieurs»

Numérique Interview de Marc Maret, directeur d’Infocentric à Baden

A 41 ans, Marc Maret chapeaute une société de 50 employés à Baden (AG). La société Infocentric est passée en sept ans du statut de start-up à celui de PME. Elle connaît une croissance de 15% par année pour un chiffre d’affaires de 14,5 millions de francs. Spécialisée dans le conseil lié au numérique, elle compte près de 90 clients, à l’exemple de Novartis, Roche, UBS, Givaudan ou Sulzer.

Invité hier dans le cadre de la conférence Lift à Genève, événement lié aux technologies et à l’innovation, Marc Maret a évoqué la question de l’emploi dans son domaine d’activité.

Le Temps: Votre société connaît-elle des difficultés de recrutement?

Marc Maret: C’est devenu très difficile de trouver des compétences qui allient technique et entrepreneuriat. Je rencontre souvent des ingénieurs très pointus, mais certains sont incapables de communiquer, d’écouter ou de convaincre un client. Il faudrait peut-être améliorer la formation des ingénieurs afin de leur donner davantage de notions commerciales. En outre, il y a des difficultés avec la génération Y, surtout les jeunes de 20-25 ans. Certains sont brillants mais n’ont aucune ambition et n’ont pas la volonté de faire carrière. Ce qui leur importe, c’est de travailler dans un environnement sympathique et à temps partiel.

– Pensez-vous que les talents partent à l’étranger?

– Non, pas vraiment. En revanche, ils ne font plus d’offres spontanées mais attendent qu’on vienne les chercher.

– Vos employés restent pourtant fidèles, avec un taux de rotation de 4% seulement pour Infocentric. Comment faites-vous pour les retenir?

– Pour une start-up avec peu de moyens financiers, il n’est pas toujours simple d’attirer et de retenir des talents. De notre côté, nous essayons de motiver nos collaborateurs en les faisant participer à notre processus d’innovation. En outre, nous voulons qu’ils puissent connaître la société de A à Z sans rester cloisonnés dans un seul domaine.

– Vos employés ont-ils la possibilité d’être actionnaires?

– C’est seulement depuis l’année passée que nous avons augmenté notre capital de 20% afin de faire participer certains employés. Etre actionnaire ne doit pas être un objectif en soi, mais cela reste malgré tout un facteur de motivation important .