Les opérations de fusions-acquisitions se sont multipliées dans la gestion de fortune ces derniers mois. La dizaine d’opérations impliquant des acteurs genevois regroupe des reprises pures et simples d’établissement, mais aussi des «asset deal», c’est-à-dire l’achat de clientèles. Les niveaux de prix actuels semblent satisfaire tant les vendeurs que les acheteurs potentiels. Cette tendance aux rapprochements semble partie pour se prolonger en 2021. Comment s’explique une telle frénésie?