«Une fois que nous avons pris une décision, elle est définitive!» Très ferme, le président de la Commission fédérale des banques, Kurt Hauri, ne laisse a priori aucun espoir à Paul Volcker, président de la commission du même nom, qui a enquêté dans les banques suisses pour y dépister les derniers comptes en déshérence. Ce dernier lui a écrit le 12 avril dernier, à la demande du juge new-yorkais Korman selon nos informations, pour lui demander de faire publier les quelque 4,1 millions de comptes qui ont été identifiés par les enquêteurs de sa commission.

Cette demande devrait rester lettre morte, à entendre Kurt Hauri. Il a confirmé avoir «trouvé une solution juste et équilibrée» pour les banques. En l'occurrence, la CFB les oblige à publier 5300 comptes ouverts et quelques comptes clôturés déterminés. Elle les autorise à publier 21 000 comptes clôturés supplémentaires, ce qui sera fait par les deux grandes banques qui sont d'ailleurs les seules à être concernées par cette liste. Enfin, les banques peuvent créer une base de données centralisée, avec 46 000 comptes ayant un lien probable ou possible avec l'Holocauste.