En Suisse aussi, l'histoire des télécoms est indissociable de celle des chemins de fer. Associés à UBS et à Migros, les CFF fondent en avril 1996 l'opérateur Newtelco, auquel viendront s'ajouter British Telecom et Tele Danmark. Lorsqu'est créé Sunrise en 1997, les CFF détiennent 25% de l'opérateur. Un actionnaire de premier choix, puisque celui-ci met à disposition de Sunrise ses 2600 kilomètres de fibre optique enterrés sous les voies de chemin de fer. En novembre 2000, Sunrise et Diax fusionnent la veille des enchères pour les licences de téléphonie mobile de troisième génération. Les CFF ne détiennent alors plus que 2,6% de l'opérateur, puis plus rien du tout dès février 2003, lorsque l'opérateur danois TDC s'empare de 100% de TDC Switzerland, qui opère sous la marque Sunrise.

Le Wi-Fi dans le train

Aujourd'hui, les CFF continuent de louer leur réseau de fibre optique à Sunrise, mais aussi à d'autres sociétés. Ils offrent également la possibilité, via leurs distributeurs de billets, de recharger les cartes prépayées de l'opérateur. Le projet le plus important des CFF avec les opérateurs concerne l'équipement des wagons et des tunnels d'antennes relais. «Tous les wagons à caisse inclinable et ceux à deux étages ont déjà été modifiés, les autres le sont en ce moment», explique Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF. Quant aux tunnels, les opérateurs les équipent petit à petit. Swisscom investit 50 millions de francs dans ce projet, Orange 30 millions, alors que Sunrise ne communique pas de chiffre.

Les CFF ambitionnent également de proposer à leurs clients d'accéder à Internet à haut débit dans le train. Des tests ont été effectués ces dernières semaines en partenariat avec Swisscom, et un appel d'offre sera lancé dans les prochains mois. La technologie choisie sera soit le Wi-Fi (Internet sans fil), soit la téléphonie mobile de la troisième génération. La construction du réseau, qui a peu de chances d'échapper à Swisscom, devrait débuter en 2004 déjà.