Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Lausanne, avril 2017. 
© LAURENT GILLIERON

Habillement

La chaîne Yendi a fait une demande de faillite

La chaîne basée à Bulle demande l’ouverture d’une procédure de faillite. Cinq cents personnes sont concernées

Yendi, qui emploie environ 500 personnes en Suisse, a demandé mardi l’ouverture d’une procédure de faillite. La direction de la chaîne de magasins de vêtements en a informé ses succursales mercredi.

Elle demande à ses employés de poursuivre leur travail de manière à écouler le plus de marchandise possible, «dans l’intérêt de tous», lit-on dans cette information aux succursales que l’ATS s’est procurée.

La semaine dernière, des mails rassurants

La semaine dernière encore, la direction envoyait aux succursales des courriels qui se voulaient rassurants. Cela montre qu’elle a caché jusqu’au bout la situation réelle à ses employés, ce qui est inacceptable, a réagi le syndicat Unia. Le syndicat a rendez-vous avec la direction mardi prochain.

Depuis plusieurs semaines, des collaborateurs s’inquiétaient pour leur avenir à cause des difficultés financières de l’entreprise basée à Bulle, qui a une centaine de points de vente en Suisse. Les poursuites se sont accumulées, des baux à loyer ont été dénoncés, et la plupart des magasins n’étaient plus réapprovisionnés.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)