Pierre Landolt n’est plus président de la banque qui porte son nom. L’entrepreneur vaudois, issu de la famille à l’origine de Sandoz, s’est retiré du conseil d’administration de Landolt & Cie lors de l’assemblée générale du 9 décembre, a appris Le Temps. Thierry Lombard, présent chez Landolt depuis 2016, a lui aussi cédé son siège, de même que six des sept autres administrateurs. Pierre Landolt et Thierry Lombard restent actionnaires majoritaires de la banque privée vaudoise, qui veut davantage développer l’asset management.

Lire aussi: Pierre Landolt ou l'itinéraire atypique d'un enfant de bonne famille

«Après avoir renforcé les structures et la gouvernance de la banque ces dernières années, Pierre Landolt et Thierry Lombard ont souhaité passer la main, et le conseil d’administration a préféré se renouveler complètement», explique Yann Wermeille, le nouveau président du conseil d’administration. Ce dernier passe de 9 à 4 membres, une taille plus adaptée à un établissement d’environ 70 collaborateurs pour moins de 4 milliards de francs sous gestion.

Pierre Landolt avait quitté en mars 2018 la riche fondation de la famille Sandoz, alors qu’une nouvelle génération avait pris les commandes de l’institution.

Nouvelle aventure familiale

«La banque va mettre l’accent sur l’asset management, une activité qui compte une dizaine d’employés dans le bureau zurichois, ouvert début 2019, tout en continuant la gestion privée», détaille Yann Wermeille, ancien de la Finma et qui a participé à la création de l’asset management chez Landolt. Une partie minoritaire du capital sera ouverte à la direction.

Le fils de Thierry Lombard, Alexis, demeure responsable de la clientèle privée de Landolt, qu’il a rejoint en 2016 en provenance de Lombard Odier, faute d’avoir accédé au collège des associés de la banque genevoise. Depuis, il n’y a plus de Lombard dans la banque historique de la rue de la Corraterie, où son père, représentant de la sixième génération dans la maison, a été associé pendant trente-deux ans, jusqu’à sa retraite à la fin de 2014.

Lire aussi: Chez les banquiers Lombard et Odier: une rupture inédite