Ressources humaines

Chantal Gaemperle, la Vaudoise de LVMH: «La diplomatie suisse est une grande école»

La Suissesse occupe depuis 2007 le poste de directrice des ressources humaines et synergies du groupe LVMH. De passage à Genève, elle s’est livrée sur la culture d’entreprise du leader mondial du luxe, dans lequel la formation, inspirée du modèle helvétique, joue désormais un rôle essentiel

Dans le monde des RH, Chantal Gaemperle est une célébrité. Depuis plus de dix ans, elle contribue au développement de LVMH en tant que directrice des ressources humaines et synergies et membre du comité exécutif. Le leader mondial du luxe possède aujourd’hui 70 marques telles que Louis Vuitton, Moët&Chandon, ou, en Suisse, les marques horlogères Hublot, TAG Heuer, Zenith et Bulgari. De passage à Genève pour une conférence organisée par la Chambre de commerce et d’industrie France Suisse, la Vaudoise revient sur ses méthodes et ses origines suisses. Et sur le lien entre les deux. Car elle s’est inspirée du modèle suisse d’apprentissage pour créer un Institut des métiers d’excellence qui est passé de 28 à plus de 500 apprentis en quatre ans.

Le Temps: LVMH a annoncé son projet de racheter la société hôtelière Belmond. Vous avez acquis de nombreuses sociétés par le passé. Comment allez-vous intégrer cette nouvelle culture d’entreprise à votre groupe?