C’est une phrase qui résume à elle seule le chemin de croix européen pour parvenir à harmoniser les chargeurs: «Nous avons attendu ces règles pendant plus de dix ans mais nous pouvons enfin laisser la pléthore actuelle de chargeurs aux oubliettes», a affirmé mardi le député européen Alex Agius Saliba, rapporteur du projet de loi. Oui, le député travailliste maltais a raison, l’Union européenne (UE) aura mis plus d’une décennie pour parvenir à un accord sur les chargeurs. Et non, il n’est pas du tout certain que cette «pléthore de chargeurs» disparaisse. Car, évidemment, tous les regards se tournent vers Apple, réfractaire depuis toujours à cette harmonisation.

Reste que ce mardi, l’UE a bel et bien franchi une étape importante vers la création d’un chargeur unique. Par 602 voix pour (13 votes contre et 8 abstentions), le Parlement européen a voté en faveur de ce projet. Ce chargeur unique, ce sera l’USB-C, que l’on voit de plus en plus équiper téléphones, consoles de jeux portables et ordinateurs. Il sera obligatoire pour tous les appareils domestiques d’une puissance inférieure ou égale à 100 watts. En face, reste le port Lightning d’Apple, dont sont équipés tous ses iPhone actuels. Il deviendra illégal.

La Suisse concernée

Au niveau européen, la feuille de route est la suivante, après le feu vert donné en juin dernier par les 27 pays de l’UE: le Conseil européen va rapidement approuver la nouvelle directive, puis les Etats membres auront 12 mois pour transposer les règles dans leur droit national. Et ils disposeront d’un an supplémentaire pour les appliquer. Les exigences d’interopérabilité entreront ainsi formellement en vigueur fin 2024. Mais pas pour tous les produits: les ordinateurs portables ne seront concernés que dès le printemps 2026. La Suisse est aussi concernée: en juin dernier, l’Office fédéral de la communication (Ofcom) affirmait à Keystone-ATS être prêt à «reprendre la décision de l’UE dès qu’elle entrera en vigueur», «des ordonnances ayant été révisées dès 2016 en Suisse en vue de l’introduction du chargeur unique».

Au final, il aura donc fallu attendre treize ans pour une décision définitive, depuis le premier projet européen. Et même quinze pour une entrée en force dans la pratique. A titre de comparaison, l’iPhone, présenté en 2007 par Apple, est arrivé sur le marché suisse il y a… treize ans.

Apple sur le banc des accusés

Pourquoi un processus aussi long pour une «loi à l’épreuve du temps», comme l’imageait mardi Alex Agius Saliba? Avant tout à cause de la réticence d’Apple, qui n’a jamais voulu abandonner son connecteur propriétaire Lightning (lancé en 2012), ni son connecteur précédent à 30 broches. La firme américaine a toujours affirmé que la laisser développer ses propres ports permettait de stimuler l’innovation.

En face, ses détracteurs accusent la société dirigée par Tim Cook de maximiser ses profits, en vendant elle-même davantage de chargeurs Lightning et en touchant de l’argent pour chaque chargeur ou câble Lightning vendu par une société tierce. L’UE n’est pas dupe de ces pratiques, elle qui affirmait mardi que le chargeur unique «permettra de supprimer la dépendance technologique des consommateurs à l’égard des producteurs, aussi appelée «effet lock-in». A noter qu’Apple a par ailleurs déjà adopté le connecteur USB-C pour charger ses ordinateurs Mac.

De son côté, Bruxelles met aussi en avant l’aspect environnemental: selon Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne, «le déploiement d’un chargeur unique va représenter au moins 200 millions d’euros d’économies par an pour les consommateurs européens et permettre de réduire de plus d’un million de tonnes les déchets chaque année».

L’arrivée du sans-fil

La suite sera intéressante à suivre. Pour l’heure, l’UE ne précise pas comment elle-même, ou surtout ses membres, pourra sanctionner d’éventuelles entreprises récalcitrantes. Y aura-t-il des amendes? Voire des interdictions de vendre certains appareils sur le territoire européen? C’est possible.

Mais il n’est pas certain que l’on arrive à de telles extrémités. En effet, il est probable que les prochains iPhone, commercialisés en automne 2023, mais plus probablement ceux en automne 2024, seront dépourvus de connecteur: la charge pourrait alors s’effectuer sans fil. Ce qui posera alors deux nouveaux problèmes: que feront les consommateurs de tous les câbles avec connecteur Lightning? Et y aura-t-il alors une harmonisation des chargeurs sans fil, pour qu’un appareil de Samsung recharge un téléphone d’Apple, et vice-versa? Pour l’heure, il n’y a pas de norme unique en la matière.

Il est aussi envisageable que de futurs iPhone soient tout de même équipés de connecteurs USB-C. Selon l’agence Bloomberg, Apple teste depuis des mois des prototypes d’iPhone équipés de ce connecteur. L’opération n’a rien d’impossible: il y a quelques mois, un étudiant de l’EPFL, Ken Pillonel, était parvenu à équiper un smartphone d’Apple avec un port USB-C. L’immense majorité des modèles concurrents fonctionnent avec des ports-USB-C.

Lire aussi: Modifier un iPhone, l’exploit technique d’un étudiant de l’EPFL


Le Brésil veut forcer Apple à fournir des chargeurs

Le Brésil prend de son côté une autre voie. Il y a un mois, le gouvernement décidait qu’Apple ne pourra plus vendre d’iPhone sans chargeur et devra s’acquitter d’une amende équivalente à 2,45 millions de francs. Depuis des années, affirmant agir pour le bien de la planète, Apple vend ses iPhone avec un câble, mais sans chargeur. Le gouvernement brésilien poursuit la société américaine pour «vente d’un produit incomplet ou dépourvu des fonctionnalités essentielles, refus de vendre un produit complet en discriminant le consommateur, et transfert de responsabilité à des tiers».

Apple avait annoncé en octobre 2020 que les écouteurs et chargeurs ne seraient plus inclus dans les paquets des nouveaux iPhone 12, puisque de nombreux clients les avaient déjà. Pour les autorités brésiliennes, «la décision de l’entreprise de vendre les appareils sans chargeur a fini par transférer toute la charge sur le consommateur». Selon l’agence, «le fabricant pourrait prendre d’autres mesures pour réduire l’impact environnemental, comme l’utilisation de câbles et de chargeurs à connecteur USB-C».