Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'abandon du taux plancher de l'euro a affecté le marché suisse.
© GAETAN BALLY

Confection

Charles Vögele a creusé sa perte en 2015

Charles Vögele s'est enfoncé dans les chiffres rouges l'an dernier. Les ventes ont affiché une baisse de 2,5%. La perte nette annuelle s'est montée à 62 millions de francs

L'abandon du taux plancher a affecté le marché domestique mais aussi engendré un effet de change négatif sur les ventes dans les autres régions, a souligné mardi Charles Vögele dans un communiqué. A la pression sur les prix en Suisse s'ajoute l'impact d'un automne particulièrement doux.

Malgré un troisième trimestre positif, les ventes ont au final pâti d'une croissance économique en berne et de l'hiver tardif en Europe. En novembre, la direction avait déjà abaissé en conséquence ses objectifs annuels. Au final, le chiffre d'affaires a fléchi l'an dernier de 11% pour tomber à 803 millions de francs.

A taux de change constants et à surface comparable, les ventes affichent un recul de 2,5%. Une performance plus ou moins attendue par les analystes consultés par l'agence awp. Ceux-ci projetaient toutefois une moindre débâcle sur le front de la rentabilité. A la bourse suisse, l'action Charles Vögele plongeait mardi, à contre-courant d'un SPI en hausse.

Importants rabais

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a plongé à -51 millions de francs, contre un bénéfice de 2 millions en 2014. La perte EBITDA s'est elle inscrite à -9 millions, après un plus de 41 millions voici un an. La faiblesse de l'euro a certes permis de réduire les coûts, mais pas assez pour compenser le tassement des ventes.

Sur le marché suisse, le groupe a dû consentir d'importants rabais face au tourisme d'achat et à la concurrence en ligne. Résultat des courses, son chiffre d'affaires net s'est contracté de 7,45% à 286 millions de francs. Au terme de l'exercice sous revue, le nombre de filiales dans le pays a été réduit de 2 pour totaliser 165 magasins.

Globalement, le groupe comptait à fin décembre 761 boutiques (763), réparties dans huit pays. Sur son deuxième débouché, l'Allemagne, les ventes nettes ont perdu 12% sur un an à 255 millions de francs. Dans la région Autriche, Slovénie et Hongrie, elles ont reculé de plus de 13% et de plus de 14% au Bénélux.

Rumeurs de rachat

L'année 2016 présente elle aussi son lot de défis. Le niveau des ventes reste bas et des ajustements structurels en matière de coûts sont inévitables, prévient Charles Vögele. La direction escompte un résultat d'exploitation EBITDA positif cette année. L'EBIT devrait renouer avec les chiffres noirs en 2018.

Le vice-président du conseil d'administration, Meinrad Fleischmann, s'est vu confirmer à la direction des ventes, qu'il occupait en intérim depuis novembre. Il quittera en conséquence l'organe de surveillance.

Sur le plan financier, un crédit d'une valeur de 245 millions de francs a été prolongé, ce qui permettra de mener à bien d'autres mesures de transformation. Début avril, la presse alémanique rapportait de nouvelles rumeurs de rachat, évoquant comme éventuel intéressé Aspen Trust, qui détient 15,16% du groupe de confection.


Lire aussi:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)