Entreprise

Les chartes de valeurs, l’autogoal des dirigeants

OPINION. Quand un outil de management comme la charte de valeurs est mal utilisé, il fait plus de mal que de bien, estime notre chroniqueur

Rares sont les dirigeants qui ont compris que la charte de valeurs de leur entreprise aboutit au résultat inverse de celui qui était souhaité. Pourquoi? D’abord parce que celles qu’ils appellent des «valeurs» sont en général des injonctions comportementales et pas vraiment des valeurs. N’ayant pas ici la place pour donner des définitions utiles, je me contente d’un exemple: les trois valeurs d’une des plus importantes compagnies d’assurances suisse sont: «être attentif à chaque personne», «apporter de la sérénité» et «prouver notre fiabilité». Ce ne sont évidemment pas des valeurs.

La plupart des organisations confondent ainsi valeurs et injonctions comportementales. Même si les employés n’expriment pas nécessairement la confusion sémantique comme je le fais, leur inconscient perçoit tout à fait la tentative de manipulation. Le malaise inévitable, conscient ou pas, qui en résulte a pour effet de décrédibiliser la direction, sans améliorer le comportement des employés.