Objectif: prendre de la hauteur. «Au propre comme au figuré», selon les mots du président de La Chaux-de-Fonds, Théo Huguenin-Elie. Lundi matin, les autorités de ville du Corbusier ont réuni une soixantaine d’invités à l’aéroport des Eplatures. Des représentants de l’industrie et des commerces de la région, pour la plupart. Au programme, des discours, des rencontres et un tour du canton en PC-12.

Dans le cadre d’une initiative des services économiques de la Métropole horlogère baptisée «Up La Chaux-de-Fonds», les autorités du Haut du canton de Neuchâtel ont décidé d’aller à la rencontre des industriels de la région pour mieux les connaître et «recréer un lien entre la commune et l’industrie», a expliqué Théo Huguenin-Elie. Deux événements devraient désormais avoir lieu chaque année, au printemps et en automne. La rencontre à l’aéroport lundi a lancé ce programme.

Valoriser les qualités industrielles de l’Arc jurassien – dans l’horlogerie, la microtechnique ou l’appareillage médical, pour ne citer que ces domaines-là – «va bien au-delà de nos frontières cantonales», a souligné le conseiller d’Etat Jean-Nat Karakash en charge de l’Economie. En rappelant, une nouvelle fois, que «le canton de Neuchâtel est l’un des seuls bassins industriels d’Europe à avoir connu une croissance durant les deux dernières décennies.»

La troisième ville de Suisse romande «veut être un bon partenaire. Et répondre de manière dynamique aux entreprises, sur des questions de terrains ou de locaux», a poursuivi Théo Huguenin-Elie. Engluées depuis quelques années dans les «affaires» et les échecs politiques – Hainard, Legrix, le dossier hospitalier, le rejet du RER-Transrun, etc. – les autorités veulent aujourd’hui relever la tête et «prendre de la hauteur».

Affaires et tourisme

Symboliquement, lancer l’initiative «Up La Chaux-de-Fonds» à l’aéroport semblait dès lors évident. Invité par Simon Loichat, le directeur des lieux, Olivier Métraux est venu témoigner de l’attrait du tarmac basé à mille mètres d’altitude. Le président du conseil d’administration du groupe lausannois Swiss Automotive (2000 employés pour un chiffre d’affaires de 500 millions de francs) est un utilisateur des Eplatures depuis «plusieurs décennies» pour des vols d’affaires.

Par ailleurs, le tourisme n’est pas en reste. Croisitour propose des vols à destination de la Corse et de l’Ile d’Elbe quatre fois par semaine d’avril à octobre; des destinations qui séduisent plus de mille personnes par an.