Le président de la banque centrale des Etats-Unis (Fed), Ben Bernanke, doit prononcer vendredi un discours très attendu sur l’état de l’économie américaine. Son allocution interviendra après une possible révision à la baisse de l’estimation officielle de la croissance du PIB du pays au printemps.

M. Bernanke doit parler à 16h00 (heure suisse) des «perspectives de l’économie américaine à court et long terme» à l’occasion du séminaire international de politique monétaire annuel de la Fed, à Jackson Hole, dans les montagnes du Wyoming (ouest des Etats-Unis).

Une heure et demie plus tôt, le gouvernement américain aura publié sa deuxième estimation des chiffres du PIB du deuxième trimestre. Le taux de croissance de la première économie mondiale au printemps, qui avait fortement déçu il y a un mois, pourrait alors être révisé en baisse de 0,2 point, à 1,1%.

Alors que les marchés financiers se ressaisissent mais restent très fébriles après leur tumulte du début du mois, les investisseurs et les gouvernements du monde entier attendent de savoir ce que M. Bernanke estime de la trajectoire de l’économie américaine, dont la reprise semble s’enliser.

Annonce salvatrice espérée

Un an plus tôt au même endroit, M. Bernanke avait posé les bases de nouvelles mesures exceptionnelles d’assouplissement monétaire, et nombre d’investisseurs se prennent à espérer une nouvelle annonce salvatrice.

Mais le président de la Fed devrait plus vraisemblablement redire que la Fed est prête à intervenir davantage si nécessaire pour soutenir la reprise et détailler, comme il l’avait fait en juillet, les possibilités qui s’offrent à elle pour agir.

Selon Nariman Behravesh, économiste du cabinet IHS Global Insight, l’essentiel, «c’est qu’il distille un sentiment de confiance», en affirmant quelque chose comme: «Oui nous savons ce qu’il faut faire, nous le ferons si cela est nécessaire.»