«L’Allemagne, la France, la Grèce et M. Juncker vont envoyer une lettre commune au président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour que l’UE, qui est l’organe compétent, puisse élaborer des propositions adéquates visant à des mesures très précises contre les spéculateurs», a déclaré Dimitris Droutsas à la télévision publique grecque Net, depuis Washington.

M. Droutsas a expliqué que cette lettre était «un premier pas» à l’initiative prise lundi par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Nicolas Sarkozy et M. Juncker, qui travaillent sur des propositions pour encadrer la spéculation sur les produits dérivés financiers, notamment les CDS.

Les CDS, ou «credit default swaps», permettent à des détenteurs de dette de se prémunir contre le défaut de paiement de l’émetteur. Ils font l’objet d’un énorme marché, fortement spéculatif et déconnecté de la possession des titres qu’ils sont censés couvrir.

Ils sont notamment mis en cause dans la crise que traverse actuellement la Grèce, fortement endettée, ce qui a conduit plusieurs pays à se prononcer ces dernières semaines pour une meilleure régulation de ce marché très opaque. M. Droutsas avec le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou, ont accompagné le Premier ministre grec Georges Papandréou à Berlin, Luxembourg, Paris et Washington du 5 au 9 mars lors d’une tournée destinée à informer ces pays de l’impact des spéculateurs dans la dérive des finances grecques.

M. Papandréou a demandé mardi au président américain Barack Obama des actes contre les spéculateurs accusés d’avoir contribué à enfoncer son pays dans la crise financière. Certaines grandes banques américaines comme Goldman Sachs, sont soupçonnées par les responsables européens de parier contre la Grèce sur les marchés.