C’est une hôte hors du commun qu’accueillait lundi soir l’EPFL. Chelsea Manning, ancienne analyste de l’armée américaine, est venue parler de la défense de la vie privée, de l’importance des données dans le cadre de l’invasion en Ukraine et de la nécessité de développer de nouvelles technologies pour se protéger. A l’origine de la remise de centaines de milliers de documents confidentiels à WikiLeaks en 2010, celle qui s’appelait alors Bradley était lundi soir face à Carmela Troncoso, professeure à l’EPFL spécialisée dans les technologies permettant de protéger la vie privée. Le débat, organisé par le Center for Digital Trust basé sur le campus, ainsi que par l’initiative Trust Valley – et suivi par de nombreux étudiants – a mis en lumière l’importance de débattre sur la technologie.