La raffinerie neuchâteloise du groupe zougois Petroplus a été vendue à un joint-venture, selon un communiqué du groupe publié jeudi matin. L’acquéreur est un joint-venture nommé Varo Holding, il s’agit d’une coentreprise incluant le groupe Vitol et Atlas Invest. Le montant de la transaction n’est pas communiqué.

L’«accord définitif» annoncé jeudi matin prévoit de «relancer la raffinerie et de continuer les opérations de raffinage», annonce le communiqué de presse. Il inclut la vente de la raffinerie elle-même, mais également d’autres actifs comme Petroplus tankstorage AG, Oléoduc du Jura Neuchâtelois SA et la «Société française du pipeline du Jura. Cette vente est soumise à l’approbation des juges du Tribunal cantonal de Zoug et du Tribunal régional de Boudry (NE).

«On devrait voir cet été la cheminée à nouveau fumer», a déclaré jeudi matin le conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de l’Economie Thierry Grosjean sur les ondes de la RTS. «Avec cet accord, les perspectives de raffinage s’ouvrent à nouveau à Cressier.»

La raffinerie de Cressier, qui compte environ 280 employés, est à l’arrêt depuis janvier 2012. Elle avait été construite à la fin des années 1960 par Shell.