Sergio Marchionne, le patron d'Algroup, confirme que la fusion entre Algroup et le canadien Alcan suivra le délai prévu: sa concrétisation devra se terminer en octobre. En assemblée générale extraordinaire en juillet dernier, les actionnaires du groupe avaient donné leur feu vert, jetant les bases de cette fusion. En vertu des termes de l'offre du groupe canadien, les actionnaires d'Algroup doivent recevoir 17,1 actions Alcan pour chacun de leurs titres. S'y ajoutent un versement en espèces de 90 francs et un dividende spécial de 135 francs pour chaque action Algroup, soit 225 francs au total. Ce dividende est toutefois conditionnel à l'échange de 67% au moins des titres Algroup en actions Alcan. A fin août, Alcan présentera aux actionnaires d'Algroup son offre publique d'échange (OPE) et cette part de 67% devra être déposée dans les semaines qui suivent. Au final, les actionnaires d'Algroup détiendront 34% de la nouvelle entité et ceux d'Alcan les 66% restants. Si la transaction se passe comme prévu, c'est fin septembre que la Bourse suisse décidera si oui ou non le titre Algroup restera coté au SMI.

En tout cas, Algroup affiche les résultats de son premier semestre 2000, sans doute ses derniers en tant qu'entreprise indépendante, pour la septième année consécutive en croissance. Son chiffre d'affaires a augmenté de 16%, à 3,725 milliards de francs, et le bénéfice d'exploitation de 22%, à 409 millions. Une performance qui ne pouvait que satisfaire Sergio Marchionne, le patron d'Algroup, qui s'est dit «très content», lors d'une conférence téléphonique. La hausse du bénéfice d'exploitation est à mettre sur le compte des efforts de rationalisation et des prix élevés sur des marchés de l'aluminium «vigoureux», selon lui. Le résultat net affiche une progression limitée à 16% (à 230 millions), en raison d'un taux d'imposition qui s'est alourdi. Corrigé des variations de change, le chiffre d'affaires (hors négoce) présente une progression de 12%, précise Algroup. La marge opérationnelle du groupe, notamment très implanté en Valais, est passée d'un semestre à l'autre de 10,4 à 11,0%, grâce en particulier à l'aluminium et à un résultat d'exploitation stable dans l'emballage.

Les activités aluminium pures ont dégagé au 1er semestre un chiffre d'affaires en hausse de 22,4%, à 1,85 milliard de francs. Elles ont généré un bénéfice d'exploitation de 239 millions, en croissance de 26% sur les six premiers mois de 1999, ajoute le groupe. Le secteur des emballages affichait pour sa part un chiffre d'affaires de 1,872 milliard de francs à fin juin, en progression de 10,8%. Le résultat d'exploitation a en revanche stagné à 167 (165) millions, une évolution qui pèse sur la marge opérationnelle qui recule de 9,8 à 8,9%, sous l'effet notamment d'une augmentation du coût des matières premières.

My. P. avec ATS