Soupçonné d'espionnage potentiel par Washington au profit de Pékin, le géant chinois des télécoms Huawei s'attend à dégager pour 2019 un chiffre d'affaires de 850 milliards de yuans (109 milliards d'euros), soit une hausse «d'environ 18% sur un an», a déclaré mardi dans son message de Nouvel An Eric Xu, qui assure la présidence tournante de Huawei. Mais «ces chiffres sont inférieurs à nos projections initiales», a-t-il reconnu, évoquant «les efforts concertés des Etats-Unis pour nous écraser».

«Les affaires restent cependant solides et nous résistons face à l'adversité», a assuré Eric Xu. L'année 2019 a été difficile pour le numéro deux mondial du téléphone portable, alors que l'administration Trump a interdit aux entreprises américaines de vendre des équipements à Huawei.

Lire aussi: Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump

Le mastodonte chinois se retrouve ainsi hors d'accès du système d'exploitation Android de Google, au risque de ne plus pouvoir offrir des applications très populaires à ses clients. Dans ce contexte, «la survie sera notre première priorité», a déclaré Eric Xu.

Crainte du contrôle du régime communiste chinois

«En 2020, nous resterons sur la liste noire des Etats-Unis. (...) Ce sera une année difficile pour nous », a-t-il averti. «Le gouvernement américain continuera à combattre le développement de la technologie de pointe. » Face au défi américain, «nous devons accroître la diversité de notre chaîne d'approvisionnement, ce qui est essentiel pour notre sécurité. Tout risque à la bonne marche des affaires doit être considéré comme une question de vie ou de mort. »

En 2020, un relâchement de la pression américaine sur Huawei semble peu probable dans un contexte de rivalité avec la Chine «pour la domination technologique mondiale», souligne à l'Agence France-Presse (AFP) Kenny Liew, analyste chez Fitch Solutions. Résultat, Huawei devrait «davantage» s'appuyer sur le marché chinois pour stimuler sa croissance, prévient Kenny Liew.

Le message de voeux de la direction de Huawei s'accompagne d'un avertissement sans frais au personnel. «Nous révoquerons plus rapidement les dirigeants médiocres», un sort qui attend chaque année les 10% de responsables les moins performants, a-t-il indiqué. Quant aux équipes qui ne contribueraient pas suffisamment à la compétitivité, elles seront «fusionnées ou réduites».

Lire aussi: Sunrise et Huawei resserrent leurs liens sur la 5G

Huawei est considéré comme le leader mondial des équipements 5G, la cinquième génération de l'internet mobile. Washington redoute à ce titre que les futurs réseaux mondiaux soient contrôlés, via Huawei, par le régime communiste chinois. L'administration Trump fait pression sur ses alliés pour les convaincre de cesser leur coopération avec Huawei.