«V», «U» ou «L»: quelle sera la lettre qui définira le mieux la forme que prendra l’activité économique dans les mois à venir? La reprise en «V» demeure la plus probable. En effet, le choc sur l’économie mondiale est exogène (le coronavirus) et de nature intrinsèquement transitoire. Ce sont en fait les mesures prises pour endiguer sa propagation (fermetures d’usines et d’écoles, annulations de manifestations publiques) qui font plonger l’activité. Le retour à la normale au cours du deuxième trimestre permettra à l’activité de rebondir mécaniquement au deuxième semestre. Dans ce sens, l’évolution de la situation en Chine, avec le tassement de nouveaux cas de personnes infectées, et la réouverture des usines (à 75% de leur capacité), est un indice rassurant.

Le scénario du «U» est celui dans lequel l’arrêt préventif de l’activité serait prolongé au-delà de ce qui est attendu aujourd’hui, retardant la reprise, mais sans la remettre en cause. Le principal risque est que les entreprises les plus fragiles soient confrontées à un problème de trésorerie lié à la chute de leur activité. Même si temporaire, ce manque de liquidité pourrait les contraindre injustement à mettre la clé sous la porte.