Parlez à votre banquier des taux d’intérêt négatifs et vous lirez à son expression toute la douleur qu’ils lui inspirent. Pour une banque sur trois, ils sont même à l’origine du tassement de leur rentabilité, selon une enquête rendue publique le 5 janvier dernier par le cabinet d’audit Ernst & Young. Plusieurs établissements envisagent de les répercuter auprès de leur clientèle si, comme le fait la Banque alternative, ils ne le font pas encore.

A Lucerne en revanche, on ne souffre pas de la décision de la Banque nationale du 15 janvier dernier. Au contraire. L’établissement cantonal, la LUKB, a publié mardi matin des chiffres record pour l’exercice 2016. Un bénéfice net de 186,6 millions de francs, en hausse de 3,6%, permettant, cerise sur le gâteau, un relèvement du dividende de 50 centimes à 11,50 francs par titre. Ce dernier, coté en Bourse suisse, a terminé sa journée en hausse de 0,7% alors que le marché était en baisse.

Comme la plupart de ses consoeurs, la LUKB se concentre sur la collecte de l’épargne et l’octroi de crédits, une activité qui représente 71% du total de ses produits. Or, c’est cette activité qui devrait être la plus affectée par les taux négatifs. En effet, ces derniers ont entraîné une baisse des taux hypothécaires facturés aux débiteurs des banques, érodant les marges de ces dernières.

Un placement auprès du public

Quoique. Les taux négatifs coûtent cher aux banques qui doivent placer beaucoup d’argent auprès de la BNS, qui applique ces fameuses pénalités au-delà d’un certain seuil. Mais les établissements qui peuvent placer l’épargne qu’ils ont collectée directement auprès du public s’en tirent plutôt bien. La marge entre le coût de refinancement (les intérêts versés aux épargnants) et les gains tirés des prêts n’est pas immense: de l’ordre du point de pourcentage. Mais elle génère sa part de bénéfices.

C’est l’avantage que retire la Banque cantonale de Lucerne. Solidement installée sur son marché, elle voit le volume de ses affaires de crédit progresser (+5,2%). Et donc, mécaniquement, son bénéfice aussi. Avec, ou sans, taux négatifs.