L’agence internationale de l’énergie (AIE) a encore revu à la hausse aujourd’hui sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2010 et 2011, respectivement à 87,8 et 89,3 millions de barils par jour (mbj), notamment en raison de la consommation chinoise qui bat de nouveaux records.

Alors que le baril de brut a momentanément dépassé fin janvier le seuil symbolique des 100 dollars, poussé par la contestation en Egypte, l’agence prévient à nouveau dans son rapport mensuel que le maintien de prix élevés pourrait peser sur la reprise mondiale.

La ponction pétrolière sur l’économie mondiale «risque de se rapprocher en 2011 des niveaux qui ont coïncidé, par le passé, avec un ralentissement économique marqué», estiment les auteurs du rapport.

Pour le cinquième mois consécutif, l’AIE, qui représente les intérêts des pays industrialisés, a revu à la hausse son estimation de demande mondiale de pétrole en 2010 ainsi que sa prévision pour cette année.

Augmentation de 3,3%

La consommation a ainsi progressé l’an dernier de 2,8 mbj par rapport à 2009 (+ 3,3 %), année de la crise, soit environ 120 000 barils par jour de plus que prévu dans le dernier rapport. Pour 2011, les prévisions sont revues à la hausse dans les mêmes proportions par l’agence, qui table sur une augmentation de 1,5 mbj par rapport à 2010 (+ 1,7 %).

Une reprise plus vigoureuse qu’attendu en Amérique du Nord, mais surtout une demande plus forte en Asie, et notamment en Chine, expliquent ces chiffres. La consommation chinoise a en effet «battu un nouveau record en décembre (10,4 mbj)», avec une hausse de 12,2 % en 2010 par rapport à l’année précédente, «soit plus du tiers de la progression de la demande mondiale», selon le rapport.