Lorsqu’il s’agit de contrôler ce qui se passe sur Internet, la Chine ne s’embarrasse pas de demi-mesure. Juste après Noël, l’Empire du Milieu a voté une loi donnant des pouvoirs quasi illimités aux autorités et mettant dans une situation difficile les entreprises étrangères actives dans le pays.

Dans le détail, toutes les entreprises, tant chinoises qu’étrangères, doivent laisser entrer dans leurs systèmes les autorités du pays, et ce sans que celles-ci n’effectuent de demande spécifique.

Le gouvernement veut ainsi s’éviter de devoir exiger des informations de ces sociétés, puisqu’il sera habilité à venir se servir lui-même, via des logiciels espion et des chevaux de Troie, dans les systèmes informatiques. Aux entreprises de laisser les autorités agir ainsi en toute liberté… et presque en toute transparence, pourrait-on ajouter avec une pointe de cynisme. Le tout sous couvert d’une lutte antiterroriste qui se voudra plus efficace ainsi.

Aux entreprises étrangères (Microsoft, Google, Yahoo…) de décider si oui ou non elles acceptent de jouer le jeu. Barack Obama a eu beau avertir son homologue de la gravité de la situation, l’on verrait mal ces multinationales quitter le pays. Il faudra suivre de près les arrangements qui ne manqueront pas de se nouer cette année.