Voilà bientôt vingt ans, la République populaire de Chine effectuait un retour discret dans le concert des nations en entrant le 11 décembre 2001 à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La Chine réapparaissait ainsi sur la scène internationale, flottant dans un costume un peu trop grand pour elle, celui d’un empire et d’une culture millénaire que Mao avait menés à leur ruine. Si sa superficie et sa population lui laissaient encore des mensurations de poids lourd, elle n’avait plus en réalité que le punch et l’allonge d’un poids plume. A l’époque, son produit intérieur brut dépassait tout juste les 1000 milliards de dollars, soit 2% du PIB mondial, et son revenu par habitant végétait aux alentours des 1000 dollars.

Lire aussi l'opinion: La Chine ouvre la voie