Les entreprises continuent d’innover, malgré la crise. Selon le rapport «World Intellectual Property Indicators 2012» présenté mardi à Genève, les demandes de brevets ont augmenté de 7,8% en 2011, en forte progression depuis deux ans consécutifs. «Nous avons atteint le record de 2,14 millions de dépôts, dont les deux tiers proviennent d’entreprises résidentes des pays concernés», résume Francis Gurry, directeur général de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

La Chine passe en tête des nations enregistrant le plus grand nombre de candidatures (+41,3%), avec 526 412 requêtes – soit près d’un quart des sollicitations à l’échelle planétaire –, devant les Etats-Unis (503 582) et le Japon (342 610). La contribution de Pékin à la croissance mondiale des initiatives liées à la propriété intellectuelle s’établit à 72% depuis 2009.

L’informatique en puissance

Contrairement au secteur pharmaceutique, en recul constant depuis cinq ans, la communication numérique a connu le plus fort essor entre 2006 et 2010 (+8,1%), «pour des raisons d’évolution technologique et de concurrence féroce entre acteurs», précise l’OMPI. Sur le plan qualitatif, la délivrance de brevets a augmenté de 9,7%, à près d’un million de patentes. La part des soumissions rejetées est d’environ un tiers.

En 2011, l’enregistrement de marques a aussi atteint un record de 4,2 millions de demandes, en hausse de 13,3%. La Chine représente 61,8% de cet accroissement. Idem pour les dessins et modèles industriels, où Pékin concentre 90% de la croissance mondiale (+16%).

Côté européen, le brevet unique, en gestation depuis plus de trente ans, a été voté mardi. Ce qui pourrait changer la donne face à la concurrence mondiale, en réduisant par six le coût de dépôt d’un brevet.