Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le vice-premier ministre chinois Liu He à Pékin, 20 mars 2018.

commerce

La Chine et les Etats-Unis enterrent la hache de guerre commerciale

Les deux puissances disent avoir troué un «consensus». Les Américains obtiennent des concessions sur les produits agricoles et l'énergie. Un ministre français prévient: un accord peut se faire au détriment de l'Europe

La Chine et les Etats-Unis ont décidé de renoncer à toute guerre commerciale et à l'augmentation des droits de douane respectifs, ont annoncé dimanche les médias officiels chinois.

Cette annonce, faite après des négociations de haut niveau à Washington, intervient après des mois de tensions entre les deux puissances, le président américain Donald Trump fustigeant une relation commerciale déséquilibrée constituant un danger pour les Etats-Unis.

A ce sujet: Les Etats-Unis durcissent le ton face à Pékin

Pas de nouvelle hausse de droit de douane

«Les deux parties sont parvenues à un consensus, ne s'engageront pas dans une guerre commerciale et n'augmenteront pas les droits de douane respectifs», a déclaré le vice-Premier ministre chinois Liu He, selon l'agence officielle Xinhua.

Le vice-Premier ministre chinois, qui a dirigé cette semaine à Washington la délégation chargée des négociations avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, a expliqué que l'accord était une «nécessité».

«Il faut en même temps tenir compte du fait que briser la glace ne peut se faire en un jour, que résoudre les problèmes structurels sur les relations économiques et commerciales entre les deux pays prendra du temps», a-t-il toutefois indiqué.

En mars: Les marchés apeurés à l’idée d’une guerre commerciale

Un consensus pour réduire le déficit commercial américain

Un peu plus tôt, Washington et Pékin avaient dans un communiqué commun fait état d'un «consensus» sur le fait de prendre des mesures pour réduire de manière significative le déficit des Etats-Unis sur les échanges de marchandises avec la Chine.

En revanche, le texte ne précisait pas si l'échéance de mardi sur une possible entrée en vigueur de nouvelles mesures frappant pour 50 milliards de dollars de marchandises chinoises, était de facto suspendue.

Les deux parties n'ont pas communiqué de données chiffrées alors que la Maison Blanche exige une réduction de 200 milliards de dollars (200 milliards de francs) de son déficit avec le géant asiatique, qui était de plus de 375 milliards l'an passé.

Des mois de tensions

Les Etats-Unis et la Chine, interdépendants sur le plan commercial et financier, avaient entamé il y a quelques semaines de délicats pourparlers pour tenter de trouver une issue après des mois de tensions, de mesures et de menaces de représailles commerciales de part et d'autre faisant redouter une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles.

Un exemple: L’importation de panneaux solaires chinois taxée aux Etats-Unis 

Une délégation de haut rang, dirigée par Steven Mnuchin, s'était rendue à Pékin il y a deux semaines, avant que la délégation chinoise emmenée par Liu He, un proche du président chinois, ne poursuive cette semaine les tractations dans la capitale fédérale.

En faveur de l'agriculture et de l'énergie

«Il y a eu un consensus sur le fait de prendre des mesures pour réduire de manière significative le déficit des Etats-Unis sur les échanges de marchandises avec la Chine», ont annoncé samedi Washington et Pékin. Les deux pays soulignent selon le communiqué commun s'être mis d'accord sur «un accroissement important» des exportations américaines dans le secteur agricole et le secteur de l'énergie.

De quoi satisfaire partiellement l'administration Trump, Pékin ayant jusqu'alors visé dans ses représailles les produits agricoles, dont le soja, extrêmement dépendant du marché chinois et dont les Etats où il est produit sont favorables au président républicain.

Selon Liu He, la Chine et les États-Unis renforceront leur coopération commerciale dans les domaines de l'énergie, des produits agricoles, des soins médicaux, des produits de haute technologie et des finances.

Un geste vendredi sur le sorgho

Outre la poursuite du dialogue, des signes d'apaisement étaient déjà perceptibles vendredi puisque dans un geste de bonne volonté, la Chine avait annoncé lever une mesure antidumping prise en avril contre les importations de sorgho américain.

Les discussions se sont tenues à quelques jours de la fin d'une période de consultations sur de nouvelles sanctions américaines sur 50 milliards d'importations chinoises. La Maison Blanche avait fait savoir ces derniers jours que si aucun compromis n'était trouvé d'ici là, cette nouvelle menace serait mise à exécution.


Une entente au détriment de l'Europe?

L'Europe pourrait faire les frais d'un éventuel accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine après la résolution apparente de leurs différends, a prévenu dimanche le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

«Les Etats-Unis et la Chine risquent de se mettre d'accord sur le dos de l'Europe si l'Europe n'est pas capable de montrer de la fermeté», a-t-il déclaré lors de l'émission «Le Grand Rendez-vous» Europe 1-Les Echos-CNews.

«Les Etats-Unis veulent faire payer à l'Europe et aux pays européens les mauvais comportements de la Chine. Tout ça est totalement aberrant et incompréhensible pour des alliés», a-t-il ajouté alors que la Chine a accepté le principe d'une réduction du déficit commercial des Etats-Unis. (AFP)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)