Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le président américain, Donald Trump, a rencontré son homologue chinois à plusieurs reprises, tant aux Etats-Unis qu’en Chine. En matière commerciale, ils se regardent en chiens de faïence.
© JONATHAN ERNST/REUTERS

Guerre commerciale

Chine – Etats-Unis: l’escalade

Le président américain, Donald Trump, menace de tirer une nouvelle salve tarifaire contre les importations en provenance de Chine. Pékin promet des représailles. Sa force de frappe est toutefois limitée

Les tensions sont montées de plusieurs crans cette semaine entre les Etats-Unis et la Chine. Lundi soir, le président américain, Donald Trump, a menacé d’imposer une surtaxe supplémentaire de 10% sur une longue liste de produits agricoles et industriels importés de Chine, d’une valeur de 200 milliards de dollars. Pékin a aussitôt réagi et a promis des mesures de représailles.

Vendredi dernier, les Etats-Unis avaient déjà annoncé des droits de douane de 25% sur les produits chinois à hauteur de 50 milliards de dollars. Ces mesures entreront en vigueur le 6 juillet prochain. Dans la foulée, Pékin avait publié sa propre liste. Dans l’ensemble, les taxes américaines annoncées visent des importations chinoises d’une valeur de 450 milliards de dollars. Ainsi, tout indique que le bras de fer est engagé entre les deux premières puissances économiques, ce qui ne se passe pas sans conséquences. Explications en cinq points.

Lire aussi: «Donald Trump joue à l’équilibriste»

Les Etats-Unis passent-ils de la rhétorique à l’acte?

Il y a encore une semaine, plusieurs analystes estimaient que le président Trump pratiquait surtout une guerre des mots. D’une part pour contraindre ses partenaires chinois et européens à rééquilibrer leurs échanges et à diminuer leurs excédents commerciaux avec les Etats-Unis.

D’autre part pour donner un gage à son électorat conservateur et nationaliste en vue des élections de mi-mandat en novembre du Congrès et du Sénat. Selon Howard Yu, professeur à l’IMD à Lausanne, «après une période initiale de rhétorique, les Etats-Unis et la Chine se rapprochent dangereusement de la zone de guerre commerciale. Les mécaniques de la confrontation sont déjà en place et les premières salves sont déjà parties.»

Quels sont les produits touchés?

Plusieurs milliers de produits sont concernés de part et d’autre. Mais, puisque la Chine jouit d’un excédent commercial (375 milliards en 2017), ses exportations aux Etats-Unis sont plus exposées. «Elle n’a pas beaucoup d’options car elle importe peu des Etats-Unis», souligne Anton Brender, chef économiste chez Candriam Investors Group. Dès lors, elle voudrait cibler les secteurs les plus sensibles.

En imposant des droits de douane sur les produits agricoles (soja, maïs et autres céréales), elle vise directement les régions agricoles américaines, qui constituent la base électorale des républicains. A ce sujet, Howard Yu fait ressortir que la Chine est en réalité heureuse d’importer des produits agricoles américains à bas prix. «Une surtaxe sur les céréales ferait grimper les prix et provoquerait la colère des consommateurs chinois», fait remarquer Howard Yu.

De son côté, le lobby américain des grandes exploitations agricoles qui produisent surtout pour l’exportation a mis en garde l’administration Trump contre un autogoal. Le gouvernement chinois entend aussi cibler l’énergie. En effet, les Etats-Unis exportent de plus en plus de brut en Chine. Les producteurs pétroliers américains ont fait savoir qu’ils étaient opposés à une guerre de laquelle ils ne sortiront pas gagnants. Sans cet important marché d’exportation, ils devraient fermer certaines exploitations.

Que vise précisément le président Trump?

Anton Brender fait remarquer que le principal déficit commercial des Etats-Unis est vis-à-vis de la Chine. «Mais, en réalité, c’est moins la taille de ce déficit qui importe au président américain que les produits sur lesquels il porte», explique-t-il. Pékin serait prêt à augmenter significativement ses importations de produits américains. Mais, en réalité, ce que veut Donald Trump, c’est voir les Chinois freiner la progression des exportations de produits de haute technologie.

Plus précisément, il voudrait que la Chine cesse de subventionner le développement de ses industries technologiques. «Il y a peu de chances que Pékin cède sur ce point et remette en cause son Agenda 2025, dont l’objectif est de faire monter en gamme l’industrie chinoise, poursuit Anton Brender. Si personne ne cède, le conflit ne peut que s’envenimer.»

Lire également: Donald Trump attaque la Chine sur la propriété intellectuelle

Qui des Etats-Unis ou de la Chine est plus vulnérable?

«A court terme, la Chine, répond le professeur de l’IMD. L’augmentation des prix, notamment des vivres, pourrait déstabiliser le régime. Pékin pourrait momentanément avoir recours aux réserves alimentaires pour maintenir les prix à leur niveau actuel.» Mais à long terme, selon lui, la politique de Trump poussera les Chinois à trouver des alternatives et à réduire leur dépendance du marché américain. Howard Yu affirme par ailleurs que la politique protectionniste du président Trump pénalise l’économie américaine et pousse des entreprises à fabriquer des produits qu’elle aurait pu importer à bas prix de Chine.

Comment les marchés ont-ils réagi mardi?

Les investisseurs n’aiment pas l’incertitude créée par les perspectives d’une guerre commerciale. Les bourses asiatiques ont dégringolé, celle de Shanghai perdant 3,78% à la clôture alors que Shenzhen, deuxième place financière de Chine, cédait 5,77%. En Europe, les places financières ont aussi terminé dans le rouge. Aux Etats-Unis, elles enregistraient des pertes à l’ouverture.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)