Les banques étrangères n’auront plus besoin de partenaires locaux pour ouvrir une succursale en Chine. Depuis le 1er janvier, les sociétés spécialisées dans les contrats à terme peuvent investir en Chine sans limites de détention des capitaux de leurs filiales. Jusqu’à présent, les établissements bancaires avaient l’obligation de s’associer à un partenaire local et n’étaient pas autorisés à détenir plus de 49% de la coentreprise créée. La levée de ces restrictions a été annoncée par l’autorité de régulation bancaire chinoise (CBIRC) dans un communiqué publié vendredi.

«Cette annonce vient apaiser les tensions à la veille d’une réunion avec les Etats-Unis pour un accord sur la guerre commerciale. Il s’agissait d’une demande américaine récurrente», souligne Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine à l’Université d’Auvergne. Prévue de longue date, cette mesure doit être étendue aux sociétés de gestion de fonds à partir du 1er avril, puis aux courtiers à compter du 1er décembre 2020.