Innovation

La Chine prête à lancer sa cryptomonnaie

La banque centrale chinoise affirme qu’elle mettra prochainement en circulation sa propre monnaie numérique. Elle ne sera pas décentralisée puisque Pékin aura accès aux informations sur les transactions

Ce sera une cryptomonnaie made in China, mais lancée par les autorités. La banque centrale chinoise est «proche» d’émettre sa propre monnaie numérique, selon un officiel chinois, cité récemment par l’agence Bloomberg. L’objectif principal de ce nouvel instrument consiste à remplacer le liquide. C’est aussi une réponse à l’annonce d’une future cryptomonnaie à visée globale par Facebook, la libra.

Après cinq ans de travaux, la Chine se dit proche de lancer sa propre cryptomonnaie. C’est ce qu’a déclaré le directeur adjoint de la division des paiements de la Banque populaire de Chine, lors d’une conférence financière organisée mi-août. Mu Changchun n’a pas fourni de date de lancement précise. Il a en revanche précisé que l’intention de la banque centrale chinoise était de remplacer le liquide en circulation, mesuré par l’agrégat M0, et pas la masse monétaire M2, qui comprend en plus les dépôts à vue et des crédits. Un autre atout du futur instrument serait qu’il faciliterait l’internationalisation du renminbi.

Droit de regard du gouvernement

Contrairement aux cryptomonnaies existantes, qui sont pour la plupart décentralisées, celle que prévoit de lancer Pékin permettra à la Banque populaire de Chine de suivre les échanges. Le gouvernement central jouirait donc d’un contrôle renforcé sur le système financier chinois. Les brevets déposés par la banque centrale montrent que les utilisateurs de la future monnaie numérique devront télécharger un portefeuille électronique et changer leurs yuans contre de la crypto.

Lire aussi: Comment fonctionnera la libra, la nouvelle monnaie de Facebook

Cette initiative est probablement liée à l’annonce, en juin, que Facebook prévoyait de lancer sa libra durant le premier semestre 2020, au sein d’un consortium comprenant pour le moment 27 multinationales et organisations non gouvernementales, basé à Genève. Durant la conférence organisée le week-end dernier, un autre officiel chinois a déclaré que la libra devait être considérée comme une devise et faire l’objet d’un contrôle des changes, ajoute Bloomberg.

Explorez le contenu du dossier

Publicité