Guerre commerciale

La Chine se dit «harcelée» par les Etats-Unis

Les tensions commerciales entre Pékin et Washington ont monté encore d’un cran à l’heure ou se tient le G7 de Biarritz. «Les États-Unis ne doivent pas sous-estimer la détermination du peuple chinois», a mis en garde le ministère chinois du commerce

La Chine a réagi avec colère samedi à la dernière augmentation par les États-Unis des droits de douane visant les produits chinois, promettant que Washington «subira les conséquences» de ce «harcèlement».

Lire aussi à ce sujet: Face à Donald Trump, le G7 miné de Macron et des Européens

Les responsables européens ont également mis en garde le président américain Donald Trump contre une énième escalade de la guerre commerciale entre les deux pays. La thématique devrait dominer l’ordre du jour au sommet du G7 qui débute à Biarritz ce samedi.

Surenchère américaine

Furieux du relèvement vendredi par Pékin de droits de douane sur des produits américains représentant 75 milliards de dollars d’importations annuelles, Donald Trump a opté pour la surenchère.

Lire aussi: Trêve dans la guerre commerciale. Et après?

Le locataire de la Maison blanche a annoncé le même jour que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux États-Unis seront frappés de tarifs douaniers encore plus lourds d’ici fin 2019.

Un porte-parole du ministère chinois du Commerce a dénoncé samedi dans un communiqué un «protectionnisme commercial unilatéral et de harcèlement».

Conséquences à venir

«Cette action porte gravement atteinte au système commercial multilatéral et à l’ordre normal du commerce international. Les États-Unis subiront les conséquences de leurs actes», a-t-il promis.

«La Chine demande instamment aux États-Unis de ne pas mal juger la situation, de ne pas sous-estimer la détermination du peuple chinois, et d’immédiatement stopper leur approche erronée.»

Avertissement européen

D’ici la fin 2019, la guerre commerciale menée à coups de tarifs douaniers devrait toucher l’ensemble des importations et exportations des deux pays.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a averti samedi les États-Unis qu’une poursuite des tensions économiques entre Pékin et Washington conduirait le monde à la «récession».

Emmanuel Macron, hôte de ce sommet du G7, a également mis en garde contre des «tensions commerciales» qui «sont mauvaises pour tout le monde».

Publicité