Commerce

La Chine se pose en nouveau modèle pour la croissance mondiale

Lors du sommet des «nouvelles Routes de la soie» à Pékin, Xi Jinping et ses alliés russe et turc ont considéré le commerce comme la réponse à tous les problèmes du monde

La paix et la prospérité. Dimanche à Pékin, Xi Jinping a présenté ce que devront apporter les «nouvelles Routes de la soie». En ouverture du premier sommet consacré à ce programme d’infrastructures entre la Chine, l’Europe et l’Afrique, le président chinois a déclaré que la croissance mondiale avait besoin de «nouveaux moteurs». Son initiative dite «Une ceinture, une route», inspirée de l’ancestrale Route de la soie, y tient une place de choix.

Lire aussi: La Chine veut redevenir l’Empire du Milieu

Vingt-neuf chefs d’Etat et de gouvernement, dont la présidente de la Confédération Doris Leuthard, ont fait le déplacement. Au total, quelque 100 pays sont représentés, y compris plusieurs organisations internationales telles que l’ONU et le FMI. Pour l’occasion, le quartier des Jeux olympiques où se tenait le sommet hier a été totalement bouclé. Des agents de sécurité équipés de caméra sont postés tous les vingt mètres.

«Une grande famille» mondialiste

En janvier, à Davos, le président chinois s’était posé en défenseur de la mondialisation. Dimanche, il a franchi un pas de plus en proposant un nouveau modèle de développement, fondé sur son initiative qui regroupe 65 Etats. Pour en démontrer l’efficacité, le président a évoqué 1,1 milliard de dollars de recettes fiscales réalisées ces dernières années dans 20 pays situés le long des Routes de la soie, et les 180 000 emplois créés grâce aux entreprises chinoises. Des chiffres pour l’heure difficiles à vérifier.

Selon Xi Jinping, le développement de la Chine est «à un tournant», fait de réformes internes et d’expansion de ses réseaux à l’étranger. Toutefois, la République populaire n’a «aucune intention d’imposer sa volonté aux autres»: «Nous espérons créer une grande famille qui cohabite avec harmonie», a-t-il assuré.

Dans cette famille, les démocraties occidentales n’ont pas été mises à l’honneur. Les autres discours d’ouverture ont été réservés à Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, et non à l’Italien Paolo Gentiloni, seul chef de gouvernement des pays du G7 présent. Le président russe a pointé la crise des Etats providence et le terrorisme qu’elle a créé. «Nos citoyens ont besoin de sécurité et de travail», a-t-il déclaré, saluant les nouvelles Routes de la soie.

La Suisse propose ses services

Unique représentant des Etats-Unis, Matthew Pottinger a pu parler quatre minutes lors d’une séance de travail. L’assistant spécial du président Trump a déclaré que les entreprises américaines avaient «beaucoup à offrir et étaient prêtes à participer» à ces Routes de la soie, alors que les Américains ont pour l’instant boudé l’initiative chinoise lancée en 2013.

Doris Leuthard a, elle, proposé l’expertise de la Suisse, notamment pour harmoniser les normes techniques entre pays. La présidente de la Confédération s’exprimera encore ce lundi.

Dans les allées du forum se mêlaient responsables politiques et économiques, comme Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, ou Wang Jianli, le patron de Dalian Wanda et l’homme le plus riche de Chine. Côté suisse, la délégation est restreinte à quelques membres, dont le banquier Patrick Odier. Les représentants en Chine de ABB, UBS ou Credit Suisse étaient aussi présents.

Lire aussi: Le premier train direct Londres-Shanghai est entré en gare

Publicité