Guerre commerciale

La Chine va ouvrir une enquête sur le cas de Fedex

Le service de livraison américain aurait «détourné» deux colis de Huawei. Pékin a déjà lancé un avertissement avec sa liste de sociétés étrangères «non fiables». Fedex se défend d'avoir agit sur ordre de Washington.

Les autorités chinoises vont enquêter sur le groupe de livraison américain FedEx, l'accusant d'avoir porté atteinte aux intérêts de ses clients, a rapporté samedi la télévision d'Etat.

FedEx avait présenté ses excuses pour avoir mal acheminé certains colis de Huawei. Le géant des télécoms chinois avait indiqué plus tôt revoir ses liens avec l'entreprise à la suite de cet incident.

Liste d'entreprises «non fiables»

Les autorités chinoises compétentes «ont annoncé le 1er juin que FedEx n'ayant pas livré aux bonnes adresses en Chine, les droits et intérêts légaux de ses clients étaient gravement compromis» et, qu'en conséquence, la Chine «allait immédiatement ouvrir une enquête», a indiqué la chaîne de télévision publique CCTV.

«En tant qu'entreprise de messagerie opérant en Chine depuis des décennies, FedEx a l'obligation de coopérer avec les enquêtes des autorités chinoises compétentes», a ajouté CCTV.

La Chine a déjà établi une liste d'entreprises «non fiables», a fait remarquer le média, ajoutant que l'ouverture de cette enquête sera «un avertissement aux autres sociétés étrangères».

Ceux qui «imposent des embargos»

Le ministère chinois du Commerce a annoncé vendredi qu'il publierait sa propre liste d'entreprises étrangères «non fiables», entendant par là celles qui, notamment, «imposent des embargos ou cessent d'approvisionner des entreprises chinoises pour des motifs non commerciaux et nuisent gravement à leurs intérêts et droits légitimes».

Un expert chinois a expliqué samedi sur CCTV que cette liste fonctionnerait exactement comme la liste américaine visant Huawei, à savoir qu'elle interdirait aux entreprises chinoises de commercer avec les entreprises étrangères figurant sur la liste.

L'imbroglio autour de FedEx survient en effet alors que le fleuron technologique chinois Huawei est visé par une mesure américaine interdisant à ses fournisseurs américains de commercer avec lui.

Accusé par une porte-parole de Huawei d'avoir «détourné» ces colis, FedEx avait plaidé mardi la bonne foi. «Aucune partie externe n'a demandé à FedEx de dérouter ces colis», avait assuré le groupe de logistique.

Publicité