Les difficultés de H2O Asset Management ont aussi des répercussions à Genève. Certains fonds du spécialiste de l’obligataire basé à Londres ont perdu jusqu’à la moitié de leur valeur lors des épisodes de forte volatilité sur les marchés en mars. Un fonds de Lombard Odier dont la gestion est déléguée à H2O affiche une baisse de 26% depuis le début de l’année, soit un recul de plus de 180 millions d’euros. La banque maintient sa confiance au gérant et à sa capacité de dégager de la performance à long terme.

Affichant des avoirs cumulés d’environ 30 milliards d’euros fin 2019, les fonds de H2O ont figuré parmi les meilleurs d’Europe depuis une dizaine d’années dans l’obligataire. Mais les violentes secousses boursières du premier trimestre ont provoqué un sérieux revers de fortune pour le gérant londonien, filiale du groupe bancaire français Natixis. Dans les grandes lignes, H2O avait parié contre les obligations du Trésor américain, qui ont nettement progressé pendant que les marchés chutaient en mars, et misé sur les obligations italiennes, qui ont souffert alors que le pays était l’un des plus touchés par la pandémie de Covid-19.