Le taux de chômage en Suisse continue à battre des records à la baisse. Il s’inscrit à 2,4% à fin juin, le même taux qu’un mois plus tôt, mais avec un léger recul en chiffres absolus du nombre de chômeurs inscrits aux Offices régionaux de placement (ORP), qui s’établit à 106 579 personnes, contre 109 392 un mois plus tôt, indique lundi le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

Lire également: La baisse record du chômage étonne les experts

Ces statistiques sont conformes aux prévisions des analystes sollicités par AWP, qui avaient tablé sur un taux de 2,3 à 2,4%. Jamais le taux de chômage en Suisse n’avait été aussi bas depuis septembre 2008, soit depuis la crise financière.

Diminution de 20% sur un an

L’évolution est spectaculaire sur un an, puisque le nombre de sans-emploi inscrits a diminué de 27 024 personnes (-20,2%). Le chômage des jeunes en particulier a reculé de 23,9% sur douze mois, soit une baisse de 3371 personnes pour les 15 à 24 ans. Celui des aînés de 50 ans et plus affiche un recul de 5118 personnes (-14,1%) sur douze mois et de 2,9% sur un mois, pour s’établir à 31 104 personnes.

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi s’établit à 179 4777 personnes à fin juin, soit 5690 de moins qu’en mai. Sur un an, la baisse est de 8,7%. Le nombre d’emplois disponibles auprès des ORP s’établit à 16 854, une évolution positive là aussi.

Les statistiques des réductions d’horaires de travail pour le mois de d’avril s’inscrivent en légère hausse. Les mesures de temps partiel ont concerné 1552 personnes (+3,2% sur un mois) de 123 entreprises, pour 76 484 heures perdues (-13,6%). Douze mois plus tôt cependant, le chômage partiel concernait encore 4020 personnes.

Lire également: Ces chômeurs en fin de droits qui basculent dans l'aide sociale

En tout, 2543 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l’assurance-chômage dans le courant du mois d’avril, relève encore le Seco. Ce dernier relève par ailleurs que le changement de la méthode de calcul intervenu pour les mois de mars, avril et mai est désormais achevé.

Neuchâtel et Genève en queue, Uri au top

Les cantons romands restent les plus touchés. Le taux de chômage se monte à 4,4% à Neuchâtel (recul de 0,1% sur un mois et de 0,8% sur un an) et à 4,3% à Genève (inchangé sur un mois). Il atteint 3,4% dans le canton de Vaud (-0,1% sur un mois) de même que dans le Jura (-0,1%). Le Valais, avec un recul de 0,2% à 2,5%, est très proche de la moyenne suisse, tout comme le Tessin (2,5%, inchangé). Fribourg se situe pile dans la moyenne helvétique (2,4%, inchangé).

Les mieux lotis sont les habitants des petits cantons, comme Uri (0,5% de chômage), Obwald (0,6%), Nidwald (0,8%) et Appenzell Rhodes-Intérieures (1%). Les Grisons (1%) sont également très largement épargnés, ainsi que la Suisse orientale en général. Outre-Sarine, le canton le plus touché est Bâle-Ville, avec un taux de 3,2%. Zurich est dans la moyenne (2,4%), et Berne, en dessous (1,7%).

Globalement, le taux de chômage atteint 2% en Suisse alémanique et 3,3% pour la Suisse romande et le Tessin (-0,6% sur un an). A noter que le taux de sans-emploi en Suisse est équivalent chez les hommes et chez les femmes (2,4%) mais touche davantage les étrangers (4,1%) que les Suisses (1,8%).