L'attrait pour les devises à haut taux de rendement remonte à un niveau qui n'avait plus été atteint depuis début 2003, alors que la paire euro contre dollar était proche de la parité. Par exemple, durant la semaine écoulée, le rand sud-africain était en hausse de 4%, le forint hongrois en hausse de 2,3% et la lire turque de 1,6%. Ces opérations de «carry trade», qui consistent à investir dans des monnaies à fort taux de rendement et à emprunter des devises à faible taux d'intérêt, pourraient donc pénaliser le dollar à moyen terme, le flux dont il bénéficie grâce à son statut de «valeur refuge» pourrait fortement diminuer à cause d'un regain d'appétit pour les marchés émergents.

De plus, le dollar n'arrive plus à bénéficier de commentaires positifs. Tout d'abord, le président de la Fed de Chicago, Michael Moskow, a déclaré que l'inflation restait trop élevée aux Etats-Unis, affirmant que la Fed pourrait avoir à agir en conséquence en relevant ses taux d'intérêt. Le Livre beige rapporte une consommation en hausse en septembre dans quatre des douze districts de la Fed aux Etats-Unis, les autres une croissance «modérée ou mitigée». L'indice de confiance du Michigan s'est hissé à 92,30 à la mi-octobre, contre 85,4 en septembre.

Finalement, les ventes de détail ont reculé de 0,40% en septembre, bien que la demande hors automobile et essence ait enregistré sa plus forte hausse depuis le mois de janvier. Toutes ces dernières informations économiques positives pour le dollar auraient dû le pousser plus haut, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Le dollar devrait surtout être sous pression contre le yen. La Banque centrale de Russie a déclaré qu'elle allait diversifier ses réserves de changes en investissant dans le yen. En marge de quoi, les déclarations du gouverneur de la Banque du Japon, Toshihiko Fukui, ont laissé entendre que les taux nippons seront relevés d'ici à la fin de l'année. Le marché étant agressivement court yen et comme cette dernière devise peut être très volatile, une hausse importante du yen, surtout contre le dollar ne nous surprendrait pas.

Du point de vue technique, la baisse de l'eur/usd devrait se poursuivre jusqu'à 1,2460-90, ensuite, une hausse à 1,2590 au minimum est attendue. La hausse du usd/chf devrait être proche de son terme, 1,2750 ou 1,2810 devraient être des bons niveaux de vente pour une correction baissière au minimum jusqu'à 1,2625.

Le usd/jpy est actuellement dans une zone capitale, si la zone 119,60-120,10 continue de résister, une baisse d'au moins 500 points est à attendre ces prochaines semaines.