Lundi matin, le dollar était au plus bas depuis sept mois contre l'euro et depuis troismois face au yen. Le sentiment que la Réserve fédérale américaine s'apprête à mettre un terme à son cycle de hausse des taux, ainsi que les déclarations de plusieurs pays concernant leurs avoirs en dollars en sont les causes principales. Le ministre russe des Finances a en effet déclaré que le billet vert n'était plus la devise de réserve absolue. De son côté, la Banque de Suède a fait savoir qu'elle avait ramené la part de la devise américaine dans ses réserves de 37 à 20%, et qu'elle portait celle de l'euro de 37 à 50%. La banque centrale du Qatar a quant à elle aussi augmenté ses réserves en euros à 40%, bien que leur monnaie de base reste le dollar.

Réuni ce week-end à Washington, le G7 appelle à plus de flexibilité des changes, sous- entendant un dollar faible, pour remédier aux déséquilibres globaux. «Une plus grande flexibilité est souhaitable dans les économies émergentes disposant d'excédents importants des paiements courants, en particulier la Chine, afin que les ajustements nécessaires interviennent», a souligné le G7. Cette déclaration n'annonce quand même pas une politique coordonnée de dollar faible, mais même si la mise en œuvre d'une telle politique concertée n'est pas imminente, un consensus semble exister quant à son opportunité. Le G7 a donc demandé à la Chine une plus grande souplesse dans la convertibilité du yuan face au dollar. Cette déclaration a eu pour effet de doper le yen, qui est descendu en dessous de 115 contre dollar et en dessous de 142 contre euro.

Du point de vue technique, la hausse de l'euro/dollar devrait se poursuivre jusqu'à 1,2490 ou même 1,2560 si le support 1,2290 tient. Après cette hausse, une baisse corrective à 1,2235 est possible. Le dollar/franc suisse devrait continuer de chuter jusqu'à 1,2470 si la zone 1,2750-90 joue son rôle de résistance. Une cassure de 1,2935 remet en cause cette baisse attendue. La hausse actuelle du pound/dollar devrait atteindre 1,7880 ou même 1,8000 si 1,7680 - 1,7590 tient. La baisse actuelle du dollar/yen devrait s'arrêter dans la zone 114,75. Une correction haussière depuis cette zone est attendue jusqu'à 117,25. Une cassure claire de 114,75 pourrait l'entraîner plus bas à 113,70.