La semaine passée fut marquée par des chiffres économiques peu convaincants outre- Atlantique. Le «Philadelphia Fed index», qui est un indicateur particulièrement surveillé par la Fed pour son anticipation de la direction de l'économie, s'est affiché à son plus bas niveau depuis avril 2003. Les statistiques sur les nouvelles constructions, ainsi que les investissements étrangers, ont aussi été très décevantes. Le marché semble aujourd'hui convaincu que l'économie américaine sera confrontée à un grand ralentissement dans les mois à venir. Ce sentiment renforce l'idée selon laquelle la Réserve fédérale américaine pourrait prolonger sa pause en matière de hausse de taux lors de sa prochaine réunion du 24 octobre. Les intervenants parlent même de possible baisse de taux en 2007 et quelques éléments tels que le rendement des obligations à 10 ans, qui est aujourd'hui à 4,59% contre 5,24% à la fin juin, ou le prix du pétrole qui est passé de 77 dollars à 60 dollars le baril depuis le mois d'août, supportent cette thèse.

Ces mauvais chiffres américains ne doivent cependant pas faire oublier la performance alarmante du ZEW allemand, qui mesure lui le sentiment sur l'économie européenne. Ce dernier a en effet chuté de 16,6%, à son plus bas depuis sept ans. Enfin, le dollar a été supporté en fin de semaine suite à la baisse de quelques monnaies émergentes. Les pertes sur les marchés émergents ont été accentuées par le coup d'Etat en Thaïlande, les violences en Hongrie et la chute du gouvernement de coalition en Pologne.

Pour cette semaine, quelques statistiques importantes nous attendent avec les commandes de biens durables mercredi et les revenus et dépenses des ménages vendredi.

En ce qui concerne la Suisse, notre monnaie nationale devient passablement volatile face à l'euro. Cette parité a atteint des hauts de 1,5970 durant les deux dernières semaines. Il serait peut-être bon de souligner aujourd'hui que les tendances se terminent souvent en période de grande volatilité qui marque le point de retournement. Du point de vue technique, bien que la cassure de 1,2750 la semaine passée soit positive pour l'euro contre le dollar, la zone 1,2830-50 est d'une importance capitale. Si l'EUR/USD n'arrive pas à franchir cette résistance, il peut retourner tester plus bas à 1,2650. Par contre, une cassure de 1,2830-50 pourrait l'aider à tester les plus hauts de cette année près de 1,3000. Le point à surveiller en USD/CHF est à 1,2410. Tant que l'on reste en dessous, il peut chuter jusqu'à 1,2155. Par contre, une cassure de 1,2410 devrait l'aider à revenir sur les plus hauts du mois de septembre à 1,2600. L'euro contre franc suisse devrait tester plus bas ces prochaines semaines, les résistances se situent à 1,5795 et 1,5845. Le premier objectif se situe à 1,5650.