Nous abordons deux semaines très importantes pour les marchés financiers et l'impact sur les devises et métaux précieux risque de s'avérer important. Il y a, en premier lieu, une série de chiffres économiques cruciaux qui seront publiés aux Etats-Unis cette semaine avec la balance commerciale, les ventes au détail, l'indicateur de confiance des consommateurs et les prix à la consommation.

A noter la réunion de la Banque nationale suisse qui aura lieu le 14 septembre; une nouvelle hausse de taux de 25 points de base est largement attendue. Cette annonce risque de démontrer une attitude toujours haussière de la part des Suisses.

Nous attendons également la réunion du G7 ce week-end, puis le FOMC qui se tiendra le 20 septembre prochain qui risque bien d'être très ambivalente avec l'incertitude du marché de l'immobilier en fond de toile. Enfin, la réunion de la banque mondiale est aussi d'importance.

Des commentaires de plusieurs officiels fusent déjà, tels que M. Fukui de la Banque du Japon, qui pense que l'euro est trop fort face au yen et au dollar, ou M. Paulson, secrétaire au Trésor américain, qui indique qu'il est clairement en faveur d'un dollar fort.

Les discussions sur le désarmement nucléaire iranien ont des effets certains sur le prix du pétrole et de l'or qui a cassé la barre de 600 dollars l'once en ce début de semaine, un prix qui n'a pas été visité depuis plus de cinq mois et qui risque de ne plus être vu, mais cette fois à la hausse, pendant encore quelques longues semaines.

Avec ces nouvelles, qui annoncent une véritable incertitude, nous sommes d'avis de prendre des positions courtes euro contre franc suisse avec pour objectif dans le court terme des niveaux de 1,5700/50. Le récent mouvement de hausse du dollar ne nous semble pas provenir de raisons fondamentales, mais fait plutôt suite à une correction initiée dans des cross tels que l'euro contre yen. Ce mouvement actuel risque cependant de pousser l'euro contre le dollar vers des niveaux de 1,2450 dans les semaines à venir. Vu le nombre important de nouvelles à venir, l'achat d'option à 2 semaines, une échéance qui englobe les prochains chiffres économiques américains ainsi que la réunion du G7, nous semble judicieux. La volatilité par exemple de la parité euro contre dollar se situe à un niveau bon marché à 7,50.