Economie

La chronique des changes. Le pétrole ne soutient le dollar qu'à court terme

La chronique des changes.

La crise au Moyen-Orient a été l'un des thèmes dominants sur les marchés des devises ces dernières semaines. La crainte de voir la Syrie et l'Iran entraînés à leur tour dans le conflit, avec un effet dévastateur sur les approvisionnements de pétrole, a fait flamber les cours de l'or noir. D'ordinaire, une envolée des cours du brut profite au dollar, monnaie reine des transactions pétrolières.

Mais le second effet est la hausse des anticipations inflationnistes. Le taux d'inflation américain réagit plus fort aux variations des prix pétroliers que celui d'autres régions. Une hausse de 10 dollars du prix du baril en une année élèverait, selon nos estimations, le taux d'inflation américain d'un point de pourcentage, mais seulement d'un demi-point en Europe, et sera quasi sans effets au Japon.

Or si l'on en croit les livres de théorie économique, une hausse des attentes inflationnistes aux Etats-Unis devrait causer une dépréciation du dollar, puisqu'elle réduit le pouvoir d'achat. Cependant, les inquiétudes quant au risque d'inflation ont laissé ouverte la probabilité que la Fed réagisse en relevant ses taux directeurs. Ce qui, malgré la hausse des anticipations inflationnistes, devrait soutenir la tendance haussière du dollar. Nous voyons le billet vert grimper à 1,30 franc à court terme.

A moyen terme, toutefois, nous sommes moins optimistes. Le cycle des taux d'intérêt américains semble avoir atteint son sommet et devrait même s'inverser au cours de l'année prochaine. Car la croissance économique américaine montre un ralentissement par rapport au niveau supérieur à son potentiel du 1er semestre 2006. Sur le marché du logement, les ventes reculent et les prix stagnent désormais, ce qui pourrait freiner la consommation ces prochains mois. D'autant que la consommation américaine a épuisé ses possibilités d'expansion, avec un endettement très élevé des ménages pour un taux d'épargne très bas.

D'autre part, les indicateurs avancés s'affichent déjà en déclin. La Fed pourrait donc prochainement annoncer une pause dans son cycle de resserrement. Dès que son discours s'orientera vers de possibles baisses de taux, le dollar se verra sous pression. Ces 12 prochains mois, nous le voyons retomber à 1,20 franc.

Publicité