Pénurie de personnel, manque de collaborateurs qualifiés, course aux talents: la reprise économique a asséché en peu de temps des secteurs entiers du marché du travail. Les entreprises affrontent chacune à leur manière cette nouvelle donne. Certaines manient la surenchère salariale avec sang-froid, d'autres rivalisent d'imagination pour offrir des rémunérations différées ou bien s'essaient à fournir mille et un menus services matériels (pampering).

Aucune de ces méthodes ne garantit vraiment la fidélisation des collaborateurs. Désormais, ces derniers tiennent largement compte de la qualité des relations de travail, des possibilités d'épanouissement personnel et des conséquences humaines des choix stratégiques de leur entreprise. Retenir ses collaborateurs ne procède donc plus seulement d'une offre cumulative d'avantages – aussi attractifs soient-ils – mais relève d'une démarche globale de management. Baptisée Management by keeping around (MKA), celle-ci met la fidélisation du collaborateur au centre des efforts du manager.

Dans cette approche, le manager qui pratique le MKA défend en premier lieu des valeurs simples à énoncer, moins faciles à pratiquer: respect, confiance et tolérance. Tolérance pour les différences, les individualités, les forces et les faiblesses de chacun. Il encourage le dialogue, l'esprit d'équipe et l'entraide. Il est lui-même solidaire en prenant l'engagement moral de garder, autant que faire se peut, ses collaborateurs, si la conjoncture devient plus délicate.

Dans l'approche MKA, le manager propose des orientations claires qui permettent de comprendre l'évolution de l'entreprise. Il brosse la stratégie à trois – voire cinq ans –, définit des objectifs, clarifie les rôles et missions de chacun. La gestion des collaborateurs est souple et personnalisée, garantissant ainsi une attention permanente aux besoins des individus. Le manager se préoccupe des conditions de recrutement, d'intégration, de progression et de formation continue. Il prône le droit à l'erreur, qui favorise l'autonomie, la créativité et les processus d'apprentissage. Il pratique l'évaluation individuelle des performances et la définition des rétributions de manière transparente et objective.

Garder ses collaborateurs signifie aussi encourager la poursuite harmonieuse de leur carrière, se soucier de leur employabilité et favoriser le développement de leurs aptitudes. Enfin, une information et une communication régulière contribuent à la mobilisation des collaborateurs. Par exemple, le manager rassemble ses collaborateurs tous les six mois pour une manifestation alliant le ludique au professionnel.

Le Management by keeeping around fait ainsi du manager un homme ou une femme qui, dans l'ensemble de son action, privilégie la communication et la qualité des relations humaines, afin de faire adhérer chacun au projet de l'entreprise.

*Directeur d'Alexandre TIC SA